Baaba Maal pense à un voyage ‘’incognito’’ pour réaliser un album à la dimension de ‘’Djam Leelii’’
APS
SENEGAL-MUSIQUE

Baaba Maal pense à un voyage ‘’incognito’’ pour réaliser un album à la dimension de ‘’Djam Leelii’’

Dakar, 12 oct (APS) – L’auteur-compositeur sénégalais Baaba Maal a déclaré jeudi que seul un voyage ‘’incognito’’ en Afrique, à la redécouverte du continent et de ses ‘’sensations’’ pourrait lui permettre de réaliser un album à la dimension de ‘’Djam Leelii’’, dont il a dit qu’il a servi de ‘’déclic’’ à sa carrière et à celle de son compère Mansour Seck.

Invité de la rédaction de l’APS, il a affirmé : ‘’Un voyage en Afrique. Je sais que ça va être très difficile, mais si je pouvais voyager incognito, ce serait bien mais ce n’est pas possible. Un voyage non organisé, un voyage où je partirais comme je suis parti avec Mansour (Seck), aller retrouver des amis, des gens dont j’ai entendu le nom’’. 

‘’Je sais que c’est difficile, mais je pense qu’avec mon entêtement ça va être possible’’, a insisté le musicien, prié de dire ce qui pourrait l’inspirer pour éventuellement réaliser un album à la dimension de +Djam Leelii+, réalisé avec Mansour Seck. Ça va être avec un peu de difficulté, mais il le faut. Il faut partir sans l’orchestre Daande Leñol, prendre du temps, au moins six mois, sept mois, un an.’’ 

Pour lui, il s’agit d’aller ‘’redécouvrir l’Afrique et retrouver toutes ses grandes sensations, aller à la rencontre des gens’’ qu’il ne connaissait pas. ‘’Peut-être que le choc de ces rencontres pourrait faire naître d’autres musiques. Parce que toutes les grandes chansons qui ont été composées, pas seulement par Baaba Maal, étaient sorties de ces voyages’’, a-t-il souligné. 

‘’Quand on écrivait +Djam Leeli+ et consorts, on n’était pas observés. On observait le monde. Et là, on est beaucoup plus observés. Et si j’arrive à voyager et avoir la chance de pouvoir encore observer le monde, écouter, je pourrai encore écrire d’autres +Djam Leeli+’’, a poursuivi Baaba Maal, qui était accompagné de son manager Oumar Wade.
Depuis ‘’Djam Leelii’’ (1989) et ‘’Baayo’’ (1991), ‘’on a fait beaucoup de tentatives, mais ce sont des albums qui, par la grâce de Dieu, tombent d’on ne sait où’’, a expliqué le chanteur sénégalais, priant que lui-même ait ‘’l’inspiration pour réaliser encore un +Baayo+ ou un +Djam Leeli+. 

‘’Surtout +Djam Leelii+, a-t-il précisé. Les gens parlent de +Baayo+, mais c’est surtout +Djam Leeli+. Cet album représente beaucoup de choses. +Djam Leeli+ a été le déclic pour la carrière de Baaba Maal et de Mansour Seck. Quand nous sommes arrivés en Californie, une année après la sortie de +Djam Leeli+ par Rogue Records, un DJ est venu nous voir pour nous demander : +qu’est-ce qu’il y a dans cet album ?+’’. 

Baaba Maal raconte aussi que quand ils ont commencé à passer le disque en Californie, ‘’il y a eu des coups de fil à la radio, pour leur dire que certaines personnes qui étaient à l’hôpital, en écoutant l’album, sont subitement guéries. 

‘’Les gens voyaient l’album sous un angle mystique. Moi, je leur ai dit que je n’ai fait que de la musique, je ne sais pas par quel miracle tout cela est arrivé’’, a-t-il dit en souriant.

Il a ajouté : ‘’Après, je me suis rendu compte que +Djam Leeli+ c’était autre chose. C’est des albums qu’on ne peut pas faire sur commande. C’est des contextes qui s’y prêtent. Peut-être qu’un jour, j’en ferai. J’espère tout simplement que ce n’est pas un contexte triste qui me permettra d’écrire des chansons comme ça, parce que l’artiste peut être inspiré par n’importe quel contexte’’. 

‘’Je suis à la recherche d’un +Djam Leeli+ et d’un +Baayo+, désespérément, moi-même, parce que cela va me donner la chance de remonter sur la scène avec quelque chose qui vient de Baaba Maal à 100%’’, a-t-il conclu à ce sujet.

ADC/ASG