Fatick : 8 décès maternels et 48 décès néonataux au premier semestre 2019 (médecin-chef)
APS
SENEGAL-SANTE

Fatick : 8 décès maternels et 48 décès néonataux au premier semestre 2019 (médecin-chef)

Fatick, 11 oct (APS) - La région de Fatick a enregistré entre les mois de janvier et juin derniers 8 décès maternels et 48 décès néonataux, a indiqué jeudi son médecin-chef de région, le docteur Habib Ndiaye. 
 
‘’Nous avons déploré des décès maternels et néonataux dans la région au premier semestre, c’est-à-dire entre janvier et juin 2019’’, a révélé M. Ndiaye. Il s’exprimait au terme d’une réunion du comité régional de développement (CRD), axée sur les politiques de lutte contre le paludisme, la santé de la mère, du nouveau-né et de l’enfant. 
 
‘’Nous en sommes à 8 décès maternels au premier semestre contre 12 décès en 2018. C’est vrai que le nombre a baissé, mais c’est déjà beaucoup, et c’est pourquoi nous allons renforcer la supervision et le coaching au niveau des prestataires, pour réduire encore davantage les décès maternels’’, a-t-il expliqué. 
 
Il a précisé que 48 décès néonataux ont été recensés dans la région, au premier semestre. Il a indiqué que ‘’l’essentiel de ces décès’’ est survenu à l’hôpital régional, au service de pédiatrie ‘’qui est la référence dans ce domaine’’. 
 
‘’Pour y remédier, nous allons voir comment appuyer le comité régional des audits pour qu’on puisse identifier les difficultés particulières’’, a-t-il déclaré. 
 
Concernant le planning familial, il a indiqué que la région de Fatick affiche 12% de taux de prévalence contraceptif (TPC) au premier semestre 2019 pour un objectif de 26%. ‘’Cela veut dire que nous avons encore beaucoup d’efforts à faire à ce niveau, et là, nous voulons mettre tous les atouts de notre côté avec l’appui de la coopération coréenne qui a commencé ses interventions pour densifier les actions communautaires de sensibilisation avec les +badjenu gox+, dans les districts sanitaires de Passy et de Gossas’’, a-t-il expliqué. 
 
‘’Dans cette stratégie, nous allons aussi impliquer davantage les hommes dans la promotion du planning familial, de la santé de la mère. Nous verrons que d’ici décembre 2019, cela peut nous aider à améliorer le TPC’’, a-t-il estimé. 
 
Il a salué les efforts que le ministère de la Santé et de l’Action sociale a faits pour un doublement du nombre de sages-femmes dans une bonne partie des postes de santé. 
 
‘’Nous avons près de 80% des postes de santé qui ont des sages-femmes par rapport à il y a deux ou cinq ans, où on était à moins de 50%. C’est une grande performance !’’, s’est-il félicité.
 
Mais il reste encore ’’à renforcer quelques postes de santé du département de Foundiougne en sages-femmes et à construire des logements’’.

AB/ASG