Retrait des CNI : récits de citoyens rencontrés aux Parcelles-Assainies
APS
SENEGAL-ELECTION

Retrait des CNI : récits de citoyens rencontrés aux Parcelles-Assainies


+++Par Marie Pierre Niane+++

Dakar, 14 nov (APS) – A trois mois de l’élection présidentielle, la question relative au retrait des cartes nationales d’identité, faisant également office de cartes d’électeur, taraude toujours l’esprit de certains citoyens, à l’image de résidents des Parcelles-Assainies qui peinent encore à entrer en possession de ce document.

Technicien en bâtiment, Mor Talla Seck rencontré dans ce quartier de la banlieue de Dakar ne cache pas sa satisfaction. Il se réjouit d’avoir récupéré sa carte alors qu’il s’était inscrit il y a trois ans. ‘’A un moment, j’étais même découragé après m’être déplacé à plusieurs reprises sans succès au siège de la commission de distribution’’, a-t-il confié mercredi à un reporter de l’APS.

C’est un cousin qui travaille à la Direction de l’automatisation des fichiers (DAF) qui m’a informé que ma carte était disponible. Et je suis venu daredare la récupérer ce mercredi’’, précise-t-il.

Trouvé à la Sous-préfecture des Parcelles-Assainies, Sahad Diouf, un homme à la retraite, a connu la même situation. ‘’Je viens de recevoir ma carte. Je me suis inscrit il y a un an. Je suis venus trois fois ici, à chaque fois on me disait de revenir un autre jour’’, témoigne-t-il.

Pour leur part, Soulou Bass et Mamadou Sow, étudiants en Licence de mathématiques, n’ont pas connu cette infortune, car ayant pu disposer de leur carte en un temps relativement court. ‘’J’ai déposé ma demande en avril 2018 et j’ai récupéré ma carte ce mardi 13 novembre’’.

Par contre, Mme Ndiaye, agent de l’administration est à la recherche de sa carte depuis plus d’un an.

‘’Je me suis inscrite en février 2017 à la DAF. Je leur avais donné mon ancienne adresse des HLM Grand Médine car j’avais choisi de voter là-bas. On m’a donné mon récépissé avec un délai pour la récupération fixé au 23 mai 2017. Depuis le 1er juin 2017, je suis à la recherche de ma carte’’, déplore-t-elle.

Et la fonctionnaire de s’interroger : ‘’Si d’ici à la fin novembre, la validité des anciennes cartes expirent, qu’est-ce que je vais faire ? Récemment j’étais dans une boutique de transfert d’argent, on m’a fait savoir qu’on utilise plus ces ancienne cartes’’.

‘’Je suis fatiguée et frustrée car à chaque fois je paie un taxi et je demande la permission pour venir récupérer ma carte’’, lance-t-elle dépitée.

Inscrite depuis mars 2017, l’étudiante Ingrine Badji souligne qu’elle peine aussi à retrouver sa carte malgré des va-et-vient entre son quartier la DAF et la Sous-préfecture.

‘’Je n’ai pas reçu ma carte alors que j’ai déposé ma demande depuis mars 2017. La dernière fois, on m’avait demandé d’aller à DAF. Sur place, ils ont vérifié et ils m’ont signifié que le document se trouvait à la sous-préfecture des Parcelles. Quand je suis revenue ici, on m’a dit que ma carte n’était pas encore disponible’’, se désole-t-elle.

La sage-femme d’Etat Fatou Cissé attend elle aussi et ne désespère de récupérer sa carte. ‘’C’est en mars 2017 que j’ai fait mon inscription et jusqu’à présent je n’arrive pas à retirer ma carte. Parfois, je faisais la queue jusqu’à 16 heures et après on me demandait de revenir un autre jour’’, fait-elle savoir.

Travailleur dans un grand groupe médiatique, Ablaye Ndiaye attend lui aussi depuis un an. ‘’Depuis un an je fais des va-et-vient en vain. J’avais récupéré ma carte mais on n’y avait pas mis le lieu de vote. Trois mois après, on m’a appelé pour me demander de faire une nouvelle demande’’, soutient-il.

Le président de la Commission de distribution des cartes, Babacar Ndao, assure de son côté que les ‘’CNI sont bien disponibles mais que ce sont les citoyens qui ne viennent pas les récupérer’’.

Pour sa part, l’adjoint au Sous-préfet de l’Arrondissement des Parcelles-Assainies, Amadou Sarr, a indiqué que depuis le 12 octobre 2018, ‘’ seuls 1 523 ont été retiré sur les 4 525 cartes déjà établies’’.

Les cartes d’électeur issues de la dernière révision exceptionnelle des listes électorales sont en cours de livraison aux autorités administratives locales (Préfets et Sous-préfets), a assuré mardi la Commission électorale nationale autonome (CENA).

’’Les informations communiquées à la CENA par ses représentants sur le terrain révèlent que la distribution desdites cartes a démarré dans la grande majorité des préfectures et sous-préfectures, ainsi que dans les représentations diplomatiques et consulaires du Sénégal à l’étranger’’, indique-t-on dans un communiqué reçu à l’APS.


MPN/OID/AKS