Tambacounda : plus de 53 hectares reboisés en 2017
APS
SÉNÉGAL-ENVIRONNEMENT

Tambacounda : plus de 53 hectares reboisés en 2017

Koumpentoum 5 août (APS) - Le service des Eaux-et-Forêts de Tambacounda (centre) a annoncé avoir contribué à des "plantations massives" d’arbres en 2017 pour un total de 53, 38 hectares, dont des plantations communautaires et individuelles, à titre de contribution à la sauvegarde du patrimoine forestier de la région.
 
"Depuis un certain temps, un changement notoire de paradigme est en train d’être opéré (...). Dans ce cadre, nous avons réalisé 299.411 productions de plants et 53, 38 ha dont 7, 5 ha de plantation communautaire et 45, 88 ha de plantation individuelle ou privée", a expliqué l’inspecteur régional des Eaux-et-Forêts, le colonel Modou Faty Niasse.
 
Selon le colonel Niasse, ce changement devra aboutir à "une rupture totale par rapport aux pratiques qui grevaient dangereusement le patrimoine forestier national".
 
Il intervenait à Koumpentoum, lors d’une cérémonie marquant la célébration de la 35éme Journée nationale de l’arbre, commémorée sur le thème "L’arbre en milieu urbain et périurbain’’. Le "sclerocarya birrea" ou "mbep" en langue nationale wolof, est l’arbre parrain de cette édition.
 
Concernant la foresterie urbaine, il a souligné que 77 875 plants ont été mis à la disposition des populations, tout en insistant sur l’entretien des plantes pour une réussite de la campagne de reboisement.
 
L’entretien et de la protection des réalisations ont leur importance, "car si planter un arbre semble facile, l’entretenir pour une survie est moins évident", a indiqué le colonel Modou Faty Niasse.
 
Le "mbep", l’arbre parrain de la Journée nationale de l’arbre, est décrit comme une espèce à haute potentialité socio-économique. La gomme qui coule après écorçage de cette espèce étant très utilisé pour accompagner le couscous et faciliter la digestion.
 
Le "mbep" fait cependant l’objet d’agressions par les éleveurs transhumants qui coupent ses branches pour leur bétail et "les mauvais récolteurs de gomme qui lui causent des blessures mortelles", a déploré M. Niasse, avant d’inviter les populations à s’engager pour la préservation de cette "espèce aux innombrables vertus".
 
Le gouverneur de la région, El Hadj Bouya Amar, a pour sa part exhorté les populations à adopter des comportements citoyens pour préserver l’environnement et réduire les risques environnementaux favorisant les changements climatiques.
 
SDI/BK