Le SNTPGS diffère sa grève d’une semaine
APS
SENEGAL-SOCIAL

Le SNTPGS diffère sa grève d’une semaine

Dakar, 13 fév (APS) – Le Syndicat National de Travailleurs du Pétrole et du Gaz du Sénégal (SNTPGS) a décidé de différer sa grève en attendant la tenue d’une assemblée générale prévue dans une semaine, appris l’APS, jeudi.
 
‘’J’ai demandé à mes camarades syndicalistes de différer leur grève, ce qu’ils ont accepté’’, a déclaré Cheikh Diop, membre du SNTPG et Secrétaire Général de la Confédération Nationale des Travailleurs du Sénégal/ Force du Changement (CNTS/FC). 
 
Lors d’une conférence de presse, il a expliqué que c’est ‘’une manière de permettre aux employeurs de rencontrer les syndicalistes et de discuter avec eux, afin de voir comment faire pour satisfaire les revendications des travailleurs’’.
 
Cheikh Diop a invité l’Etat à résoudre ‘’les problèmes que connaissent les acteurs du secteur pétrolier et gazier ainsi que la situation qui prévaut à la Société Africaine de Raffinage (SAR)’’.
 
‘’Le secteur ne peut aller de l’avant sans la satisfaction de nos revendications. Il s’agit du blocage des négociations sur la convention collective du sous-secteur des transports d’hydrocarbures et de la lourdeur de la dette de plus de 100 milliards de francs CFA due par l’Etat et ses démembrements’’, a soutenu Cheikh Diop.
 
Plusieurs entreprises sénégalaises sont sur le point de fermer, a-t-il dit, notant que les sociétés étrangères installées au Sénégal aussi ne sont pas épargnées. ‘’Elles ne peuvent plus importer à cause de cette dette’’, affirme-t-il.
 
‘’Les transporteurs aussi sont touchés par cette dette qui plombe l’avancée des entreprises. Il faut que l’Etat nous paie cet argent ou trouve une solution’’, a lancé M. Diop.
 
Pour sa part, le Secrétaire Général du SNTPGS, Sara Konaré, a déploré les arrêts récurrents des activités de raffinage de la SAR ces derniers mois, découlant, selon lui ‘’d’un manque de brut et des conséquences du volume de la dette qui plombe sa trésorerie’’.
 
‘’Toutes ces raisons remettent au goût du jour notre préavis et font l’objet d’une alerte que nous lançons en direction des autorités et des employeurs pour la reprise sans délais des négociations de la convention collective du sous-secteur des transports des hydrocarbures’’, a ajouté Sara Konaré.
 
Entre autres points de revendication, le syndicaliste évoque ‘’la correction de toutes les injustices et violations des droits et des libertés des travailleurs’’.
 
Il a annoncé que l’assemblée générale prévue dans une semaine ‘’va décider de la date de la grève qui sera décrétée très prochainement dans le secteur du pétrole et du gaz’’. 
 
 


AT/OID/MD