’’Agressions sur le foncier’’ : un acteur prévient contre les risques d’insécurité alimentaire
APS
AFRIQUE-SOCIETE

’’Agressions sur le foncier’’ : un acteur prévient contre les risques d’insécurité alimentaire

Dakar, 13 juin (APS) – Le coordonnateur du Centre d’excellence sur la gouvernance foncière en Afrique de l’Ouest francophone (NELGA), Ibrahima Arona Diallo, a mis en garde jeudi à Dakar contre les agressions sur le foncier, estimant qu’elles pourraient favoriser l’insécurité alimentaire.

 ‘’Avec les différentes agressions que nos terres subissent notamment avec la salinisation et la question de l’accaparement, si on ne fait pas attention, il risque d’y avoir une insécurité alimentaire’’ a-t-il indiqué à un atelier régional d’échanges sur les bonnes pratiques foncières.

‘’ En 2019, la population du Sénégal fait à peu près 15 millions d’habitants. En 2035, elle sera de 20 millions et en 2050, elle atteindra 35 millions d’habitants pour une superficie qui ne grandit pas’’ a-t-il ainsi fait observer.

Aussi, a-t-il souligné l’importance de la mise en place du Centre d’excellence sur la gouvernance foncière en Afrique de l’Ouest francophone (NELGA), lequel travaille ‘’à accompagner les Etats à mieux réussir leur politique foncière’’, a-t-il expliqué.

‘’Le réseau prend en charge ces questions foncières pour accompagner les Etats à mieux réussir leur politique foncière en outillant par exemple les jeunes et les cadres afin d’apporter des réponses aux politiques foncières en Afrique’’, a dit Diallo.

Il s’agit concrètement de les outiller à la formulation de politiques susceptibles de prendre en compte l’ensemble des questions relatives au foncier dans le but de consolider la paix sur le continent, a-t-il ajouté.

‘’Le foncier est au centre du développement. Nos pays sont confrontés à des défis démographiques, environnementaux mais aussi de l’employabilité des jeunes et le foncier se place comme proposition de solution à ces défis’’, a de son côté dit le Directeur général de la recherche et de l’innovation, le professeur Amadou Thierno Gaye.

Il a rappelé que le rôle de facilitation et de coordination de la mise en œuvre des activités du NELGA est assuré par l’Université Gaston Berger de Saint Louis en partenariat avec les points focaux des pays membres (Bénin, Burkina Faso, côte d’Ivoire, Guinée, Mali, Niger)

SG/AKS