APS
SENEGAL-ADMNISTRATION-CULTURE-JUSTICE

"Des résultats clairs" ont conduit à l’arrestation de responsables de la collectivité mandingue (préfet)

Mbour, 10 oct (APS) – Le préfet du département de Mbour (ouest), Saër Ndao a estimé, lundi, que l’arrestation des deux responsables de la collectivité mandingue s’est faite après l’exploitation par les autorités judiciaires de "résultats clairs".
 
Les autorités judiciaires se sont basées sur des "résultats clairs" qui ont abouti à l’arrestation de deux responsables de la collectivité mandingue de Mbour, accusés de "complicité de meurtre et d’association de malfaiteurs" a souligné le préfet.

Ils ont été arrêtés après la mort sur son lit d’hôpital de Mamadou Top Thiombane, un adolescent de 17 ans qui avait, le 10 septembre dernier au quartier Santessou, été blessé par le kankourang et certains de ses accompagnateurs.
 
Saër Ndao réagissait à la sortie de certains avocats de la collectivité mandingue qui avaient laissé entendre dimanche qu’"il ne faut pas écarter l’idée d’orienter l’enquête au niveau de l’hôpital de Mbour où la victime a rendu l’âme quelques jours après son admission".

"Le commissaire de Police a transmis des documents au procureur. Maintenant, nous ne pouvons plus avancer un seul mot là-dessus, mais nous laissons le combat judiciaire se dérouler", a dit M. Ndao.

Me Abdou Dialy Kane faisait alors remarquer que "les infractions de foule sont difficiles à élucider" et que "l’enquête doit prendre en compte que la victime est décédée quelques jours après être admis à l’hôpital et qu’il ne faudrait pas écarter une mort due à des erreurs médicales souvent mortelles".

"Nous sommes fiers et très contents de défendre la vérité pour que les prévenus soient libérés, parce que ce sont des arrestations injustes. Il y a de nouvelles méthodes d’enquêtes. Nous avons un combat de l’opinion à mener", avait dit, pour sa part, Me Bamba Cissé.

Pour le préfet de Mbour, "ces déclarations ne sont qu’un moyen de défense pour les avocats dont le seul objectif est de sortir leurs clients des difficultés auxquelles ils se trouvent".

"Je ne peux pas trop m’avancer, mais ce qui est sûr, c’est que lorsque le problème s’est posé, une enquête a été ouverte, une réquisition a été faite et l’autopsie qui a été faite a révélé des résultats", a-t-il signalé. 

Les responsables de la collectivité mandingue avaient, au cours d’un point de presse tenu samedi dernier, sollicité le soutien du chef de l’Etat pour la libération de leurs concitoyens incarcérés depuis quelques semaines à la Maison d’arrêt et de correction (MAC) de Thiès.



ADE/PON