L’institut d’études en communication veut accélérer les relations sino-africaines (responsable)
APS
AFRIQUE-CHINE-MEDIAS

L’institut d’études en communication veut accélérer les relations sino-africaines (responsable)

   +++De l’envoyé spécial de l’APS : Ahmad Mouslim Diba+++

Beijing, 25 août (APS) – La doyenne de l’Institut d’études en communication, Mme Li Shu, a exprimé l’intention de la Chine de s’appuyer sur cette structure pour donner un coup de fouet à ses relations avec le continent africain, avec lequel elle compte augmenter les échanges. 

 
‘’Depuis quelques années nous recevons des étudiants africains dans cet institut qui forme aux métiers des médias en général y compris le cinéma et les nouvelles technologies’’, a déclaré Mme Li en ouvrant dimanche, à l’Université de communication de Beijing, un séminaire des professionnels des médias, à l’intention d’une vingtaine de journalistes en provenance de huit pays africains.
 
Selon elle, ‘’le forum sino-africain de 2018 a donné un regain d’intérêt à la coopération entre les deux entités et cette université des communications comptent jouer pleinement son rôle pour développer les relations entre les deux entités’’. 
 
Elle a noté ‘’la volonté des autorités chinoises de favoriser une coopération ‘’gagnant-gagnant’’ avec l‘Afrique basée sur le respect mutuel et les médias doivent y occuper une place importante, notamment par l’intermédiaire de cet institut’’. 
 
D’ailleurs, elle annonce l’augmentation du nombre des jeunes africains qui seront formés en Chine dans cet établissement où sont sortis les professionnels chinois les plus connus actuellement sur la scène médiatique. 
 
Au nom de ses confrères africains, M. Sidy Diop, adjoint au directeur de la rédaction du Soleil, a manifesté la joie des professionnels africains à contribuer à redonner un coup de fouet à la relance des relations entre l’Afrique et la Chine. 
 
Aussi, renseigne-t-il, le Soleil développe déjà, depuis quelques années, une coopération soutenue avec la Chine qui accueille chaque année un de ses journalistes pour une durée de dix mois. 
Cette rencontre est également une opportunité entre journalistes africains de nouer des contacts pour des échanges professionnels dans le futur, estime M. Diop. 
 
Les journalistes africains ont également visité le musée de l’institut de communication de Beijing où sont gardés les éléments retraçant l’introduction des médias modernes en Chine. 
 

AMD/MD