Les ressources du numérique au profit d’une exposition consacrée aux figures emblématiques des indépendances africaines
APS
SENEGAL-AFRIQUE-CULTURE

Les ressources du numérique au profit d’une exposition consacrée aux figures emblématiques des indépendances africaines

Dakar, 16 mai (APS) - L’Ivoirienne Valérie Oka propose une galerie de portraits de figures emblématiques de l’histoire des indépendances africaines et du peuple noir, dans le cadre de la 13e Biennale de l’art africain contemporain de Dakar, une exposition mi-réelle mi-virtuelle qui tire profit des tendances les plus modernes de l’art.

Intitulée "La carte n’est pas le territoire", cette exposition s’est ouverte chez "Akewa", sur la route Ngor, dans le cadre de la partie "Off’’ de la 13e Biennale de l’art africain contemporain de Dakar (Dak’art, 3 mai-2 juin). 
 
A travers cette exposition, l’artiste "questionne (...) les frontières entre l’histoire racontée et la vérité historique, entre représentation et chose représentée, entre le réel et le virtuel", lit-on dans un dossier de presse.
 
De cette manière, "elle fait tomber les barrières de notre regard sur le monde, entre le spectateur et l’œuvre d’art placés sur des niveaux de logique différents’’, ajoute-t-il. 
 
Sur les cimaises à l’entrée de la maison, trois portraits d’artistes sénégalais ornent les murs, un hommage de Valérie Oka à ‘certains de ses "amis" disparus.
 
Il s’agit des artistes sénégalais Joe Ouakam, Ndary Lo et Ousmane Sow. 
Selon la peintre, ces trois portraits représentent "la touche de plus apportée à cette exposition de Dakar, car les œuvres ont déjà été montrées à Abidjan" en mars dernier. 
 
Plus loin, à l’intérieur de la pièce, sont exposés des portraits d’autres personnalités de l’époque des indépendances : les présidents Léopold Sédar Senghor du Sénégal, Félix-Houphouët Boigny de la Côte d’Ivoire, le héros de la lutte antiapartheid Nelson Mandela, l’ex-président Libyen Mouammar Kadhafi, etc. 
 
Il y a aussi des héros du peuple noir, de la diaspora afro-américaine et des Caraïbes, notamment Martin Luther King, Bob Marley, Aimé Césaire, Mohamed Ali, etc. 
 
Des portraits réalisés au crayon traditionnel, fusionnés ensuite au digital et à la réalité virtuelle, une inspiration qui complète l’exposition par une galerie virtuelle à voir à l’aide de casques. 
 
C’est que la peintre explore ainsi l’apport du numérique dans l’art. Valérie Oka a déjà été primée à la Biennale de Dakar où elle avait reçu le premier Prix de l’Union européenne en 2002.
 
Elle est aussi conseillère technique au ministère de l’Intégration africaine de la de Côte d’Ivoire. 
 
 
 


FKS/BK