Un disciple mouride invite à une
APS
SENEGAL-CULTURE

Un disciple mouride invite à une "reconstitution de notre identité culturelle"

Dakar, 17 juil (APS) – Le disciple mouride, Kabou Guèye, par ailleurs animateur de développement durable et culturel a invité, samedi à Dakar, les Sénégalais à une reconstitution de notre "identité culturelle perdue". 
 

Kabou Guèye partageait l’expérience de développement du village de "Ndem" (Diourbel), à travers une exposition appelée "De la graine de coton aux vêtements" proposée à l’occasion du colloque sur "l’esthétique mouride, modèle de savoir-être, de savoir-faire et de savoir-devenir" organisé au Grand Théâtre.
"Il faut que l’on reparte de la base de reconstitution de notre identité culturelle en tant qu’Africain", a dit Kabou Guèye qui préfère ne pas utiliser le mot "sursaut" pour parler de retour à l’identité culturelle.

Pour lui, "le sursaut doit intervenir sur quelque chose qui s’affaiblit, mais nous, notre culture n’est pas affaiblie, elle est perdue. C’est parce que la colonisation l’a complètement détruite et à la place, elle nous a donné une culture occidentale".

Et l’agent de développement de retenir que "ce n’est pas nos colonisateurs qui doivent nous définir nos services, nos surfaces d’évolution, (…)". 

Kabou Guèye appelle à "redéfinir nos surfaces suivant l’Afrique qui est notre espace identitaire en tant que panafricaniste". 

L’expérience de "Ndem" est un exemple "parfait" et "éloquent", car elle impulse un développement avec les populations a estimé l’ancien syndicaliste, ajoutant que "ceux sont des gens qui sont partis de rien pour construire tout un développement sur des réalités et des objets locaux". 

Il demeure convaincu que "le développement qui met les populations en dehors de ce développement et les maintient dans la pauvreté, n’est pas un développement". 

"Un développement ne doit avoir que des finalités humaines" a-t-il lancé, faisant remarquer que "le savoir-devenir est l’aptitude à s’adapter au changement et à l’innovation".

"Serigne Touba ne fait qu’inspirer du savoir-devenir" a-t-il soutenu devant un parterre d’intellectuels comme le philosophe Mame Moussé Diagne, le professeur de Lettres Lamane Mbaye et tant d’autres venus débattre sur le sujet. 
 
 
 

FKS/PON