Les cinéastes
APS
SENEGAL-TUNISIE-CINEMA

Les cinéastes "satisfaits" de la participation sénégalaise aux JCC 2018

De l’envoyée spéciale de l’APS : Fatou Kiné Sène

Tunis (Carthage), 12 nov (APS) - Les réalisateurs sénégalais Moussa Sène Absa, Moussa Touré et Mansour Sora Wade, se disent "très satisfaits" de la participation sénégalaise à la 29e session des JCC (du 03 au 10 novembre 2018) à Tunis. 

"Nous avons montré nos films, le public y a adhéré, il y a eu une belle présence et une belle organisation, nous sommes heureux et satisfaits de la participation sénégalaise", a dit Moussa Sène Absa, porte-parole des cinéastes sénégalais aux JCC, de retour à Dakar.
 
Son seul regret, a-t-il dit, est que le Sénégal n’a pas été présent dans la compétition long-métrage-fiction. Il y a aussi le fait que le documentaire du réalisateur Alassane Diago "Rencontrer mon père", qu’il trouve "excellent" du point de vue travail, n’a pas eu de prix. 
 
Mansour Sora Wade, le cinéaste dont le film "Le prix du pardon", Tanit d’or des JCC en 2002, a ouvert "le focus Sénégal" durant ce festival, affiche aussi un satisfecit. 
 
"Nous avons eu une participation très grande [...] et vu l’organisation sublime, nous avons été très bien reçus. Les Sénégalais ont été bien présents, ensemble dans la solidarité", indique le réalisateur. 
 
Il salue cette présence sénégalaise du point de vue cinématographique avec 14 films de toutes les générations, mais aussi la prestation du ballet "La Linguère", selon lui "magnifique". 
 
Pour Mansour Sora Wade, "le Sénégal a une grande tradition artistique et il l’a montrée". 
 
Le réalisateur Moussa Touré apprécie les films du "focus Sénégal" qui sont d’après lui ceux qui ont remporté le plus le Tanit d’or à Carthage, à savoir "La Noire de" (Ousmane Sembène, 1966), "Le Prix du pardon" (Mansour Sora Wade, 2002).
 
Il y a aussi "La Pirogue" de Moussa Touré, "Président Dia" d’Ousmane William Mbaye (2012) et "Tey" (Aujourd’hui) d’Alain Gomis, Mention spéciale du jury en 2012. 
 
Selon le chargé de relations extérieures des Journées cinématographiques de Carthage, Taoufik Jaber, "le Sénégal est le plus primé des JCC". 
 


FKS/ASG/BK