APS
SENEGAL-LITTERATURE

"Baie talibée", un recueil de poèmes pour revivifier le patrimoine culturel wolofal

Dakar, 14 juil (APS) - Le recueil de poèmes, "Baie talibée" de l’ancien député libéral Mamadou Bamba Ndiaye, présenté samedi à Dakar, invite à "une revivification" du patrimoine culturel "wolofal", essentiellement écrit en caractères arabes, a soutenu, l’universitaire, Pr Ibrahima Wane.
 
"Ce recueil de poèmes que l’on prend comme une profession de foi du disciple mouride est en quelque sorte une revivification de notre patrimoine culturel wolofal essentiellement écrit en caractères arabes", a-t-il dit. 
 
Le Pr Wane spécialiste de la littérature africaine à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), intervenait lors de la présentation à la Maison de la presse de ce recueil de poème publié aux éditions Lettres de Renaissances. 
 
Selon lui, ce recueil qui dérange le cérémonial en ce sens qu’il fait le pari de la juxtaposition de poésie et d’expression dramatique, a le mérite de naviguer avec aisance à travers le français, l’anglais et le wolof. 
 
Revenant sur le titre du recueil de poèmes avec l’accord grammatical osé sur le mot "talibée", son auteur souligne que ’’c’est pour symboliser l’image que les disciples mourides gardent du fondateur du mouridisme avec notamment l’histoire sur la prière que le marabout aurait effectuée sur l’océan". 
 
Mamadou Bamba Ndiaye a également rendu hommage aux chantres de la littérature wolofal (écrite en langue wolof), Khaly Madiakhaté Kalla, Cheikh Moussa Ka, Serigne Mor Kairé, Serigne Mbaye Diakhaté, Serigne Hady Touré, entre autres.
 "Ces poètes sont à notre littérature nationale ce que les poètes de la pléiade représentent pour la littérature française", estime l’ancien député sous le régime libéral.
 
Il se dit par ailleurs convaincu que "notre identité à la fois africaine, occidentale et orientale que l’histoire nous a donnée est une richesse que nous devons assumer". 
 
"Amadou Bamba Ndiaye a toujours su garder secrète sa passion pour l’écriture littéraire, se contentant d’intervenir dans le débat public au travers de texte donnant de lui l’image d’un polémiste froid et raisonneur. (…)", écrit l’écrivain Boubacar Boris Diop dans la préface du recueil de poèmes.
 
Il se dit "persuadé que certains de ces textes vont désormais s’inscrire dans notre mémoire collective, c’est parce qu’ils sont venus des replis les plus secrets d’une âme", lit-on lire dans la préface.


SMD/ASB