Festival de jazz de Saint-Louis : des journalistes à l’école de la Kora
APS
SENEGAL-CULTURE-MUSIQUE

Festival de jazz de Saint-Louis : des journalistes à l’école de la Kora

Saint-Louis, 30 avr (APS) - Des journalistes, venus couvrir la 27e édition du festival international de jazz de Saint-Louis, ont été initié ce mardi à la pratique de la Kora, a constaté l’APS.
 
Ces journalistes, composés en majorité de correspondants locaux et d’envoyés spéciaux en provenance de la région de Dakar, ont été pris en charge par un expert aguerri en la matière, Abdoulaye Cissokho qui, tous les soirs, anime les concerts off du festival à l’Institut français.
 
En digne descendent d’une grande famille griotte, il a saisi l’occasion pour initier l’assistance du jour au processus de fabrication de cet instrument culte propre à la culture manding dont il est originaire.
 
‘’La fabrication d’une Kora, c’est tout un rituel. D’abord il faut savoir que traditionnellement les femmes n’ont pas le droit d’en jouer. Mais c’est elles qui doivent offrir la calebasse qui sert de caisse de résonance’’, a-t-il fait savoir.
 
Aussi, la nouvelle Kora, avant de produire ses premières notes en public doit être baptisée et porter ainsi obligatoirement le nom d’une femme, a-t-il ajouté.
 
Il a par ailleurs rappelé que ce sont ses différentes prestations au festival qui lui ont permis d’être connu partout à travers le monde, remerciant, par la même occasion, les journalistes qui ‘’ont fortement contribué au rayonnement de cet événement’’. 
 
Revenant sur cette expérience, une première pour la majorité d’entre eux, les journalistes, bénéficiaires de la formation, ont beaucoup apprécié cette expérience. Elle était ponctuée par une restitution en choeur de cette fameuse chanson du Tabou, Diolakélé, une classique de la culture manding, plusieurs fois revisitée par de célèbres musiciens sénégalais tel que Ismaïla Lo.
 
 


MK/MD