Saly-Portudal (Mbour), 17 fév (APS) – Le projet "Bassins de rétention et de valorisation de forages’’ (BARVAFOR) a permis, entre autres, la réduction de la pauvreté et de la (...)" />
Le projet BARVAFOR a réduit la pauvreté et la faim dans le monde rural (coordonnateur)
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-DEVELOPPEMENT

Le projet BARVAFOR a réduit la pauvreté et la faim dans le monde rural (coordonnateur)


Saly-Portudal (Mbour), 17 fév (APS) – Le projet "Bassins de rétention et de valorisation de forages’’ (BARVAFOR) a permis, entre autres, la réduction de la pauvreté et de la faim, a indiqué son coordonnateur, Aly Sané Niang, vendredi.

‘’Après six ans de mise en œuvre, le bilan est globalement positif, et nous sommes très satisfaits des réalisations du projet qui ont permis de développer des activités culturales de contre-saison dans les zones rurales des régions cibles que sont Diourbel, Kaolack, Kaffrine, Thiès et Fatick’’, a relevé M. Niang.


Aly Sané Niang s’exprimait vendredi à Saly-Portudal (Mbour, ouest), dans le cadre de la revue conjointe annuelle du projet BARVAFOR. L’objectif consiste à échanger avec les différentes parties prenantes sur l’état de la mise en œuvre du projet, en particulier durant l’année 2016, et à entrevoir les perspectives d’avenir.


Barvafor est co-financé par l’Etat du Sénégal et le Royaume de Belgique, à hauteur de huit milliards de francs CFA, dans le cadre du programme indicatif de coopération 2010-2103 entre les deux pays. Il est piloté par la Direction des bassins de rétention et des lacs artificiels (DBRLA), du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural, en cogestion avec la Coopération technique belge.


 ’’Par la mobilisation des ressources en eau productive, nous allons développer le maraîchage après la saison des pluies, des activités piscicoles et, par la même occasion, augmenter les revenus des populations dans les zones ciblées’’, a poursuivi M. Niang. Il a annoncé une rencontre prévue au mois d’octobre prochain, pour voir quelle suite donner à ce projet.


De son côté, le co-responsable du projet, Nicolas Widmer, assistant technique à la coopération belge, a dit toute la satisfaction de son pays par rapport aux résultats du projet BARVAFOR et révélé que des discussions sont prévues par la Commission mixte Sénégal-Belgique.

L’objectif est de mettre en place un autre projet identique, qui va prendre le relais du projet. Celui-ci a permis de réaliser, entre autres infrastructures, des digues anti-sel pour éradiquer la salinisation des terres et en faire des espaces cultivables.


Ce nouveau projet, appelé PARERBA, sera financé par l’Union européenne, à hauteur de 18 millions d’euros, pour aménager tout le potentiel agricole et permettre de créer dix mille emplois dans les cinq régions ciblées.


 


 


ADE/OID/ASG/MS