Papa Abdoulaye Seck appelle à concilier les enjeux liés à l’économie et à la santé pour asseoir une agriculture durable
APS
SENEGAL-AGRICULTURE

Papa Abdoulaye Seck appelle à concilier les enjeux liés à l’économie et à la santé pour asseoir une agriculture durable

Dakar, 7 fév (APS) – Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Papa Abdoulaye Seck a proposé, la conciliation des enjeux liés à l’économie, à la santé publique et de l’environnement pour asseoir une agriculture dans la durabilité.
 


"L’agro-écologie mérite une importance primordiale. On parle de plus en plus de la nécessité de produire plus et mieux qui doit signifier, nourrir le monde sans le détruire. Pour inscrire, les agricultures du monde dans la durabilité, nous devons concilier des enjeux liés à l’économie, à la santé publique et de l’environnement", a-t-il dit, mardi à la nuit de l’agroécologie.

 
Selon lui, il y a une nécessité de veiller à ce qu’il ait dans le pays, une force de solidarité générationnelle agricole. "Cela signifie que les générations actuelles doivent se nourrir et permettre aux générations à venir de pouvoir en faire de même" a-t-il a expliqué.

Papa Abdoulaye Seck qui a émis le souhait de la mise en place, à l’échelle de l’humanité d’un "code de bonne conduite agricole" a rappelé l’existence au Sénégal de projets agroécologiques appelés "gestion intégrée de la production et des prédateurs".

"Avec ces projets, dit-il, nous nous sommes rendu compte que les
rendements peuvent augmenter de 35 à 40 % et l’utilisation des pesticides est réduite de manière significative".

Le ministre a indiqué qu’"avec l’agroécologie, les populations peuvent manger des produits sains, avoir une vie active et équilibrée tout en pensant aux générations futures".

Le ministère de l’Agriculture a d’ailleurs demandé aux chercheurs de l’ISRA (Institut sénégalais de recherches agricoles) de continuer à travailler sur l’agroécologie afin d’avoir des itinéraires plus techniques, plus conformes, a indiqué Papa Abdoulaye Seck.

Qui a toutefois reconnu qu’il n’est pas facile "de promouvoir de nouvelles technologies mais que la sensibilisation des uns et des autres devrait aider à prendre conscience de la nécessité de telles approches".
 
Selon lui, "les agricultures du monde vont se développer grâce à une diversité des approches surtout celles liées à agroécologie qui mérite respect et considération". 

SDI/PON