A Diourbel, Pape Amadou Sarr insiste pour le remboursement des crédits DER
APS
SENEGAL-ENTREPREUNARIAT-FINANCEMENTS

A Diourbel, Pape Amadou Sarr insiste pour le remboursement des crédits DER

Diourbel, 12 sept (APS) - Le délégué général à l’entreprenariat rapide des femmes et des jeunes (DER), Pape Amadou Sarr, a insisté pour un taux de remboursement plus important des crédits accordés par sa structure à des acteurs économiques de Diourbel, région faisant selon lui partie des "mauvais élèves, en terme de remboursement".

Les femmes et les jeunes bénéficiaires de crédits de la DER "doivent rembourser les prêts qu’ils ont contractés", a déclaré M. Sarr, mercredi, lors d’une rencontre avec les autorités de Diourbel pour faire un bilan d’étape des financements accordés par sa structure.
 
La région de Diourbel fait partie des "mauvais élèves, en terme de remboursement" des crédits DER, selon Pape Amadou Sarr.
 
"Sur les 3 milliards de FCFA injectés dans la région, précise-t-il, moins de 500 millions de FCFA ont été recouvrés, soit 27 %, là où Ziguinchor est à 90%".
 
Pape Amadou Sarr a rappelé que les ressources en question appartiennent à l’Etat et doivent donc être remboursés.
 
À cette occasion, le délégué général à l’entreprenariat rapide des femmes et des jeunes a annoncé la mise en œuvre de nouveaux programmes pour 2019/2020, pour un financement de l’ordre de 2 milliards de FCFA, sans préciser la nature de ces programmes.
 
Interpellé sur la question de la politisation des financements accordés par sa structure, le délégué général a dit que "tout le monde pensait" que la DER était "un appareil politique pour le candidat Macky Sall".
 
"Cette politisation a été soulevée dès la création de la DER alors que les financements ont été attribués à tous les Sénégalais sans distinction", a-t-il souligné.
 
Le secrétaire général de l’Association des maires du département de Mbacké, El Hadji Bâ, a lui assuré que des engagements avaient été pris "devant le ministre et devant Gorgui Mbaye, gouverneur de la région, pour discuter avec les populations et les accompagner pour rembourser (les crédits qu’ils ont contractés) à des taux raisonnables".

BK/ASG