Les Émirats Arabes Unis lancent le Consortium pour l’Afrique pour le développement du continent (ambassade)
APS
SENEGAL-AFRIQUE-EMIRATS-COOPERATION

Les Émirats Arabes Unis lancent le Consortium pour l’Afrique pour le développement du continent (ambassade)

Dakar, 13 fév (APS) - Les Émirats Arabes Unis (ÉAU) annoncent avoir lancé le Consortium pour l’Afrique, une ‘’toute nouvelle initiative’’ dont le but est d’investir 500 millions de dollars US (environ 301,9 milliards de francs CFA) dans le continent africain.
 
‘’Le Consortium [pour l’Afrique] permettra de renforcer le capital humain à long terme, sur le continent, avec deux priorités immédiates : la transformation numérique et la jeunesse’’, affirme un communiqué reçu de l’ambassade des ÉAU au Sénégal, citant la ministre émiratie chargée de la Coopération internationale, Reem Al Hasmihy.
 
Selon le communiqué, elle a fait part aux dirigeants du continent de cette orientation de la nouvelle initiative, à l’occasion du dernier sommet de l’Union africaine, du 9 au 11 février, à Addis-Abeba, en Ethiopie.
 
‘’Le Consortium respectera l’engagement du gouvernement des ÉAU et de son secteur privé envers l’Afrique’’, assure le communiqué, ajoutant que cette initiative va contribuer à la réalisation d’‘’un avenir plus optimiste pour l’Afrique et les Africains’’.
 
Reem Al Hashimy affirme que ‘’les Émirats Arabes Unis sont plus qu’un simple donateur ou créancier de prêts à conditions préférentielles, parce qu’ils ont compris que la valeur réelle réside dans le renforcement à long terme du capital humain’’. 
 
‘’Et c’est pourquoi nous nous engageons à aider à mettre en place le mécanisme dans lequel les startups pourront prospérer, les entrepreneurs s’affirmeraient davantage, les jeunes pourront envisager avec espoir et optimisme l’avenir qui serait désormais sous leur contrôle’’, ajoute-t-elle dans le communiqué.
 
‘’Les ÉAU ont toujours été un partenaire dynamique sur le continent, tout au long de leurs quarante-neuf années d’histoire, investissant des milliards au cours de cette période. Depuis 2016, le pays est classé comme le deuxième plus important investisseur en Afrique, soutenant une grande variété de projets comprenant, en autres, des routes, des ponts, des ports, des écoles, des cliniques et des hôpitaux’’, lit-on dans le texte.

ESF/ASG