Ouattara appelle les pays de l’UEMOA à privilégier la mobilisation des ressources intérieures
APS
AFRIQUE-ECONOMIE-FINANCES

Ouattara appelle les pays de l’UEMOA à privilégier la mobilisation des ressources intérieures

De l’envoyé spécial de l’APS : Amadou Samba Gaye

Abidjan (APS) - Le président ivoirien Alassane Ouattara a exhorté vendredi les Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) à accorder la priorité à la mobilisation des ressources intérieures.

Le chef de l’Etat ivoirien, qui s’exprimait à l’occasion de la 21e session ordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UEMOA, s’est tout d’abord félicité des "bonnes performances enregistrées" par l’Union "ces dernières années". 
 
Il a rappelé que "la croissance économique de l’Union s’est établie à 6,6% en 2018, comme en 2017". Une résilience liée selon lui à "la bonne qualité des politiques conduites par les Gouvernements de nos Etats et par les Organes et Institutions communautaires". 
 
"Pour les années à venir, les perspectives sont tout aussi favorables", a-t-il déclaré, avant d’inviter les Etats à "œuvrer au respect des critères de convergence retenus au titre de la surveillance multilatérale". 
 
Il estime qu’un "accent particulier devrait être mis sur la mobilisation des ressources intérieures, nécessaire à l’accroissement des dépenses prioritaires". 
 
 Il a par ailleurs relevé des "avancées significatives’’ dans le processus d’intégration de l’Union, "notamment dans le domaine de la gestion macroéconomique, de la convergence économique, de l’approfondissement du marché commun, du renforcement des infrastructures et de la mise en œuvre des politiques sectorielles". 
 
"A ce sujet, a-t-il expliqué, l’exercice de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires, dans chaque Etat membre, a contribué à améliorer leur mise en œuvre." 
 
Il a reconnu que "la consolidation des importants progrès économiques et sociaux accomplis par l’UEMOA au cours de ces dernières années nécessite la préservation d’un climat social stable et apaisé ainsi que l’amélioration de la situation sécuritaire". 

"Cela permettrait aux Etats membres de franchir des étapes décisives sur le chemin de l’émergence économique et d’atteindre les objectifs fixés par les Pères fondateurs en vue de faire de notre Union un espace d’intégration paisible et prospère", a ajouté le chef de l’Etat ivoirien.
 


ASG/BK