Rufisque : lancement d’un projet de mini-boulangeries par l’ORCAV
APS
SENEGAL-ENTREPRENARIAT

Rufisque : lancement d’un projet de mini-boulangeries par l’ORCAV

Rufisque, 20 fév (APS) - L’Organisme régional de coordination des activités de vacances de Dakar (ORCAV) a lancé, mercredi à la mairie de Rufisque, un projet de mini-boulangeries pour deux associations sportives et culturelles (ASC) de la vieille ville bénéficiaires chacune d’un financement de cinq millions de la Délégation à l’entreprenariat rapide (DER).
 
Les deux ASC du département retenues vont faire tourner leur mini-boulangerie avec un four et un tricycle, ainsi qu’un fonds de roulement d’un montant total de 10 millions de francs CFA, a expliqué à l’APS le président de l’ORCAV de Dakar.

Arona Bathily s’exprimait en marge de la cérémonie de lancement des deux mini-boulangeries, organisée dans la salle du conseil de la mairie de Rufisque.
 
Le four en forme de frigidaire, qui fonctionne au gaz butane utilisé dans les ménages, peut aider à fabriquer du pain, des croissants et des beignets mais aussi cuire de la viande et du poisson. 
 
Chaque projet emploiera au moins sept travailleurs.

Des projets pilote de mini-boulangerie ont été expérimentés à l’intérieur du pays, précisément à Kolda, Tambacounda et Ziguinchor, à l’effet de s’assurer de la rentabilité financière du projet, a rappelé Arona Bathily.
 
Il a précisé qu’il s’agit de "fours qui peuvent faire rapidement 200 mini-pains, des brioches ou autres dérivés".

"Un institut de formation professionnelle, retenu comme partenaire technique, est chargé de la formation en gestion et marketing des produits mais aussi en techniques de boulangerie", a expliqué le président de l’ORCAV.
 
Une ASC a été retenue dans la commune de Rufisque et une autre à Niague, près du Lac Rose, où ces activités devraient être rentables, a-t-ilsouligné. D’autres ASC du département de Rufisque bénéficieront elles aussi de financements mais dans domaines autres que la boulangerie.
 
La DER a voulu accompagner les associations sportives et culturelles du Sénégal à travers l’ONCAV pour un premier financement de 500 millions de francs CFA, a expliqué le président de l’organisme de coordination des activités de vacances, Amadou Kane.
 
"Il y a bon espoir pour la réussite de ce projet qui a fait l’objet d’une étude de faisabilité mais également une étude de rentabilité", a-t-il assuré lors de la cérémonie de lancement.
 
Amadou Kane indique que les études faites ont montré qu’après le riz, le pain est le produit le plus consommé au Sénégal.

Selon lui, en plus de la création d’emplois pour les ASC, le projet va aider à "participer de manière active à la vie nationale".
 
Dans un premier temps, il n’y a pas de dividende pour l’ONCAV encore moins pour ses démembrements, tous les financements étant mis à la disposition des ASC, a-t-il indiqué.
 
"Nous sommes une association d’utilité publique, une émanation directe de la population et c’est normal qu’on puisse travailler à trouver des solutions à l’emploi des jeunes", a poursuivi M. Kane.
 
Pour ce financement, ce sont 100 ASC qui ont bénéficié d’un projet, à raison de deux associations par département.

Mais pour Dakar, Thiès et Ziguinchor, 12 ASC ont été financées compte tenu du nombre important de ces structures dans ces trois régions.
 
Outre la formation mise à la disposition des jeunes, un dispositif administratif, financier et technique est mis en place du côté de l’ONCAV pour le suivi des projets.
 
Les projets sont placés sous la tutelle du préfet. Sur les 100 projets identifiés, 16 sont des fermes avicoles.
 
Il est attendu un 2ème financement en mars prochain, l’ONCAV ayant au départ sollicité de la DER une enveloppe de 2 milliards de francs CFA.

En effet, du fait du retard de la soumission, les fonds disponibles ne pouvaient pas couvrir la demande, explique-t-on.

ADL/ASG/BK