La certification d’aérodrome obtenue par l’AIBD va ‘’considérablement’’ améliorer le tourisme sénégalais
APS
SENEGAL-AVIATION-TOURISME

La certification d’aérodrome obtenue par l’AIBD va ‘’considérablement’’ améliorer le tourisme sénégalais

Diass, 9 nov (APS) – La certification d’aérodrome accordée à l’Aéroport international Blaise-Diagne (AIBD) va ‘’considérablement’’ aider à renforcer l’attrait touristique du Sénégal, assure la ministre des Transports aériens, Maïmouna Ndoye Seck.
 
‘’La certification d’aérodrome de l’AIBD, qui est une exigence de l’Organisation de l’aviation civile internationale (…) contribue considérablement à promouvoir la destination Sénégal’’, a-t-elle affirmé lors d’une cérémonie officielle de remise du certificat en question aux dirigeants de l’aéroport de Diass (ouest).
 
Selon Xavier Mary, le directeur général de Limak-AIBD-Summa (LAS), la société de gestion de l’AIBD, l’obtention de ce certificat est la preuve que l’aéroport est en mesure de ‘’garantir la sécurité de ses installations aéroportuaires’’, sur la base des normes établies par l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI).
 
Le manuel d’aérodrome de l’AIBD, dont l’évaluation a permis à l’OACI d’accorder le certificat d’aérodrome au plus grand aéroport du Sénégal, est un document de ‘’référence’’ en matière de ‘’système de gestion de la sécurité’’ des aéroports, explique M. Mary.
 
Ce document ‘’décrit la façon‘’ dont une infrastructure aéroportuaire ‘’identifie, évalue et maîtrise les risques existants’’, précise-t-il, ajoutant que c’est ‘’un élément important’’ de ‘’la réputation de l’aéroport’’. 
 
La certification de l’AIBD ‘’met en évidence la crédibilité’’ de l’aéroport et ‘’celle de tous les acteurs du secteur’’ aéroportuaire sénégalais, selon Xavier Mary.
 
‘’Le travail ne doit pas s’arrêter à l’obtention de ce certificat. Nous devons veiller au maintien de notre certificat et à son évolution. Tel un pilote d’avion, nous devons surveiller continuellement notre altitude et notre vitesse, d’autant plus que, dès la fin de ce mois de décembre, nous allons accueillir une nouvelle équipe d’inspecteurs’’, a souligné le directeur général de LAS.
 
Mouhamed Moussa, le directeur général de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), souligne, pour sa part, que le contexte actuel de l’aviation civile rappelle l’‘’importance cruciale’’ de certifier les aéroports.
 
‘’Les premiers aérodromes internationaux dans l’espace aérien géré par l’ASECNA ont commencé à être certifiés, notamment ceux de Lomé (Togo), d’Abidjan (Côte d’Ivoire), de Niamey (Niger) et de Bamako (Mali). Aujourd’hui, c’est l’AIBD qui est certifié’’, a-t-il dit lors de la cérémonie.
 
Conformément à son mandat, l’OACI assure ‘’le plus haut degré de conformité’’ des ‘’règlements, normes et procédures’’ en matière d’aviation civile, a rappelé son directeur régional, Mam Sait Jallow.
 
‘’Il faut rappeler que l’exigence de certification des aérodromes figure parmi les objectifs (…) de sécurité définis par la conférence ministérielle d’Abuja en juillet 2012 et entérinés par l’Assemblée générale des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine en janvier 2013’’, a-t-il ajouté.
 
Le certificat d’aérodrome obtenu par l’AIBD est la preuve qu’il répond ‘’de manière satisfaisante à une importante exigence’’, celle de l’‘’atténuation des risques’’ liés au transport aérien, selon Mam Sait Jallo, qui a pris part à la cérémonie.

ADE/ESF/ASG