Le PROGEP a permis de maitriser davantage la problématique des inondations, selon le SG de l’ADM
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-ENVIRONNEMENT

Le PROGEP a permis de maitriser davantage la problématique des inondations, selon le SG de l’ADM

Saly-Portudal (Mbour), 8 nov (APS) - L’Etat est désormais plus préparé pour prendre en charge la question des inondations, grâce au Projet de gestion des eaux pluviales et d’adaptation aux changements climatiques (PROGEP), affirme le secrétaire général de l’Agence de développement municipal, Mamadou Wade.

"Par la passé, a-t-il expliqué, les inondations étaient gérées à travers des actions d’urgence. Aujourd’hui, l’Etat a plus de visibilité pour mieux prendre en charge cette problématique à travers un plan directeur de drainage (PDD) sur la base duquel beaucoup d’infrastructures primaires et de voiries éclairées assainies sont en cours de réalisation avancée’’, grâce au PROGEP. 
 
"Ce qui n’était pas le cas", a estimé M. Wade, mercredi à Saly-Portudal (Mbour), au cours de la sixième session de formation de l’ADM sur le thème "Prospective territoriale appliquée à la gestion urbaine pour l’adaptation aux changements climatiques"/
 
Le PROGEP, partie intégrante du Programme décennal de lutte contre les inondations (PDLCI) lancé en 2012Ainsi, est un projet de développement urbain d’un coût de 57,9 milliards de francs CFA, pour la période 2012-2019.
 
Il est conçu "suivant une approche infrastructurelle et non infrastructurelle’’ et intervient principalement dans les départements de Pikine et Guédiawaye, ainsi que dans l’agglomération de Saint-Louis et le Pôle urbain de Diamniadio. 
 
"On ne peut pas concevoir nos villes sans" tenir compte désormais des dégradations de l’environnement se manifestant par plusieurs phénomènes, parmi lesquels l’élévation du niveau des mers avec comme conséquences l’érosion côtière, la sécheresse, la récurrence des inondations, la salinisation des sols.
 
Aussi sur la base d’un Plan directeur de drainage (PDD), "beaucoup d’infrastructures primaires de drainage (canaux, bassins de stockage aménagés, ouvrages spéciaux de rejet en mer, …) et de voiries éclairées assainies sont en cours de réalisation avancée dans les départements de Pikine et de Guédiawaye", a-t-il assuré. 
 
A ce jour, "les travaux entièrement exécutés et ceux en cours de finalisation" concernent les communes de Dalifort, Wakhinane-Nimzatt, Djiddah-Thiaroye Kao, Yeumbeul Sud, Yeumbeul Nord et Médina Gounass, a signalé le secrétaire général de l’ADM. 
 
Ils ont selon lui consisté en la réalisation de 10 bassins de stockage aménagés d’une capacité cumulée de 425 000 m3, 25 km de canaux primaires en béton armé, 60 000 m2 de voiries en pavés autobloquants et 2 ouvrages spéciaux de rejet en mer.
 
Les travaux ont polarisé une superficie de près de 500 ha et contribué à améliorer l’environnement et le cadre de vie d’une population de "près de 200 000 habitants" désormais préservés des "effets dévastateurs des inondations récurrentes", a soutenu Mamadou Wade.
 
Les travaux de la seconde phase sont engagés et couvrent les communes de Malika et Keur Massar, le Pôle urbain de Diamniadio, a-t-il annoncé.
 
De même, les ouvrages de drainage prévus impacteront "près de 200 000 habitants et polariseront une superficie d’environ 1000 ha", a indiqué M. Ndao.
 
ADE/BK