Les femmes de Ndiéfoune Parba étrennent un nouveau périmètre maraîcher
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-ADAPTATION

Les femmes de Ndiéfoune Parba étrennent un nouveau périmètre maraîcher

Ndiéfoune Parba, 3 juil (APS)- Les femmes de Ndiéfoune Parba, dans la commune de Touba Toul, ont étrenné un périmètre maraîcher de 4 ha dans lequel elles comptent produire en pépinière 15.000 plantes et des légumes, a indiqué mercredi, la coordinatrice du Groupe d’initiative pour le progrès social (GIPS/WAR) à l’origine du projet.

Cette initiative est appuyée par le ministère allemand de la Coopération à travers une initiative dénommée ‘’Hilfe für Afrika’’.

Le périmètre maraîcher dispose d’un puits avec château d’eau et est doté d’une pompe solaire qui alimente un système d’arrosage goutte à goutte.

Cette initiative vient résoudre les problèmes d’eau et de clôture qui avaient plombé une première expérience des femmes de Ndiéfoune Parba dans le maraîchage, a dit, en leur nom, Thioro Guèye.

Ce projet a été présenté aux journalistes, lors d’un forum sur le renforcement du leadership féminin dans les initiatives d’adaptation aux changements climatiques.

L’activité s’inscrit dans la célébration, en différé, de la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse, fixée au 17 juin de chaque année.

Des bénéficiaires du programme venus des régions de Kaolack, Kolda, Kedougou, Tambacounda avaient pris part à la rencontre.

Cette exploitation d’un coût de 50 à 60 millions de francs CFA, selon la coordinatrice de GIPS/WAR, Julie Cissé, est l’une des 12 disséminées à travers la région de Thiès, dans le cadre du programme ‘’ Bay Dunde’’ de GIPS/WAR, articulé à continentale Kilimandjaro pour la promotion des droits fonciers des femmes est aussi lié ce jardin.

L’ONG a déjà réalisé une trentaine de périmètres similaires dans 11 régions du pays.

La pépinière de Ndiéfoune Parba compte produire 15.000 plants, dont 666 pieds de papayer une centaine de citronniers plantés mardi, a noté Julie Cissé.

La moitié de la superficie sera dédiée à des plantes fourragères. Quelque 5.000 de ces arbres seront des acacias melifera pour servir de haies vives.

Ces plantes seront redistribuées, après trois mois à des groupements féminins villageois pour être replantées.

En plus des arbres fruitiers, elles y cultiveront des légumes, destinés à la consommation et à la vente du surplus sur le marché.

Le chef du secteur des eaux et forêts de Thiénaba, le sergent Babacar Ndour a salué cette installation importante dans la lutte contre les changements climatiques. Il a invité les paysans à cultiver le réflexe de protection des jeunes arbres poussant dans les champs.

Le maire de Touba Toul, Daouda Tine, a manifesté sa ‘’ fierté ’’ par rapport à la conduite du projet, surtout la cohésion des habitants de Ndiéfoune autour du choix de la superficie dédiée.

Il a évoqué la possibilité par des projets de ce genre de freiner l’exode rural. Ce, à la seule condition que les superficies soient élargies, a précisé le responsable des jeunes, Papa Mandela Guèye.

Appuyée parallèlement par le Fonds mondial pour l’environnement, GIPS/WAR est membre d’une alliance pour l’accès des femmes au foncier.
 

ADI/AKS