Protection forestière : un responsable à la retraite évoque les ‘’défis’’ de la région de Thiès
APS
SENEGAL-ENVIRONNEMENT-PERSPECTIVE

Protection forestière : un responsable à la retraite évoque les ‘’défis’’ de la région de Thiès

Thiès, 31 juil (APS) - L’inspecteur régional des eaux et forêts de Thiès, le lieutenant-colonel Birame Dieng, admis à faire valoir ses droits à la retraite, a évoqué, mercredi, les ‘’défis’’ que doit relever le service forestier régional, dont notamment l’élaboration de plans d’aménagement au profit de toutes les forêts du Plateau de Thiès
 
Le service des Eaux et forêts de Thiès a honoré le lieutenant-colonel Birame Dieng, admis à faire valoir ses droits à la retraite après une carrière de 32 ans, dont sept passés à la tête dudit service à Thiès

Il a saisi l’occasion pour dresser mercredi un état des lieux, de la conservation dans la région, évoquer les projets en cours ainsi que les défis à relever.
 
Les ‘’défis’’, selon Birame Dieng, consistent à ‘’doter toutes ces forêts du Plateau de Thiès d’un plan d’aménagement, pour prendre en compte les préoccupations des populations riveraines’’.
 
Dans le même moment, l’ingénieur des eaux et forêts a préconisé de ‘’mettre l’accent sur des ouvrages antiérosifs, afin de contribuer efficacement à la lutte contre les inondations récurrentes’’.
 
Le Projet de restauration et de réhabilitation des écosystèmes de la ville de Thiès, lancé en 2016 et cofinancé par les villes de Solingen et de Thiès à hauteur d’environ 180 millions de FCFA, a pris fin le 31 décembre 2018. 
 
Il a permis de restaurer une forêt de 5 ha, de créer avec les populations un ensemble d’ouvrages de rétention d’eau et de ralentissement du ruissellement dans les quartiers périphériques de manière à ceinturer presque la ville. 
 
Un des objectifs de ce projet est de protéger la ville de Thiès située dans une cuvette, en ralentissant la vitesse des eaux de ruissellement provenant du plateau de Thiès, Allou Kagne et alentours, qui viennent "presque toutes" s’y déverser pendant l’hivernage.
 
L’inspecteur à la retraite a comptabilisé dans son bilan de sept ans à la tête de l’IREF de Thiès, la mise en œuvre de ce projet, avec la mairie, à travers notamment la plantation de caïlcédrats le long de l’avenue de Caen. 
 
‘’L’accompagnement des services forestiers va se poursuivre, à travers l’arrosage pour atteindre un taux de réussite de 100%’’, a-t-il assuré.
 
‘’Je vous invite à inscrire les prochaines interventions sur l’aménagement des massifs classés, la foresterie urbaine, la foresterie scolaire, à poursuivre la mise en œuvre du plan d’aménagement de la bande de filaos’’, a-t-il dit.
 
Le service, en collaboration avec des partenaires et les populations locales, entreprend la reforestation des forêts classées de Thiès, la réhabilitation progressive des sites miniers, la réflexion sur le plan d’aménagement de la forêt de Bandia, a-t-il ajouté.
 
Pour lui, la poursuite de la mise en œuvre du plan d’aménagement de la bande de filaos et la mise en aménagement des massifs forestiers figurent parmi les ‘’nombreuses urgences’’ auxquelles le service fait face. 
 
La région de Thiès comptait en 2013, 13 forêts classées occupant une superficie de 94.473,5ha, selon l’ANSD. La région dispose d’un important domaine forestier avec une diversité biologique et des fonctions écologiques de régulation importantes. 
 
La même source évoquait une ‘’situation de dégradation inquiétante’’ de ces ressources forestières, avec des forêts classées qui ‘’s’amenuisent de plus en plus du fait de la prolifération des mines et carrières qui altèrent à grande échelle le couvert végétal’’.
 
Le lieutenant-colonel Dieng n’a pas manqué de saluer les résultats obtenus par le directeur des Eaux et Forêts, le colonel Baïdy Bâ, qui a été son prédécesseur au service forestier de Thiès.
 
Ainsi, il a évoqué le recrutement d’agents, le renforcement de la logistique des inspections, l’élaboration d’un nouveau code forestier, la révision du code de la chasse. La révision du statut du personnel des eaux et forêts est aussi un acquis depuis l’arrivée du Colonel Bâ à la direction des eaux et Forêts. 
 
Le vice-président du conseil départemental, Yakhoba Diatta, a profité de cette tribune, pour souligner l’importance pour les services forestiers d’assurer une ‘’éducation environnementale’’ au profit des populations et des élus locaux. 
 
Ce qui pourrait commencer par un partage du nouveau Code forestier avec les élus, afin d’avoir une même compréhension des pratiques de conservation forestière mises en œuvre. 
 
Une telle démarche, a-t-il laissé entendre, favoriserait une meilleure collaboration pour la protection, du ‘’bien commun’’ qu’est la forêt.

Le lieutenant-colonel Birame Dieng est titulaire d’un Master en agronomie, agroalimentaire, option foresterie rurale tropicale de Sud agro de Montpellier, ainsi que du diplôme d’ingénieur des travaux des eaux et forêts de l’ISFAR (ex-Ecole nationale des cadres ruraux). 
 
Il a aussi une attestation en environnement et gestion durable de l’Université de Montpellier 2 en France.
 
Auteur de plusieurs ouvrages sur l’aménagement et la gestion des terroirs et la cartographie qui contribuent significativement à la préservation et à la conservation des ressources forestières, il est souvent consulté pour son expertise.
 

ADI/OID/MD