L’omnimédia, un concept en vogue dans la presse chinoise
APS
CHINE-MEDIAS-TENDANCE

L’omnimédia, un concept en vogue dans la presse chinoise

De l’envoyé spécial de l’APS, Alioune Diouf

Beijing, 18 sept (APS) - L’omnimédia, un nouveau concept né de la combinaison de contenus vidéo, audio et de texte, allégés et adaptés au téléphone portable, est en vogue dans les médias chinois, qui essayent de toucher surtout la jeune génération qui n’a plus la patience d’utiliser les médias et contenus classiques, a expliqué mercredi Zhao Duo, journaliste du People’s Daily.

"L’omnimedia est un nouveau concept largement utilisé par les médias chinois", a-t-il dit, ajoutant que l’objectif de l’omnimédia est de "toucher tout le monde", notamment la jeune génération, par la diversification et la combinaison des canaux. 
 
Avec une équipe du Centre des nouveaux médias du People’s Daily, le principal quotidien chinois, Zhao Duo faisait une communication sur le design et les nouveaux produits des nouveaux médias, à l’intention de journalistes africains, sud-américains et espagnols en séjour en Chine.
 
Le concept de l’omnimédia s’inspire du procédé de préparation du plat chinois. Selon l’information que l’on veut donner, on rassemble "tous les ingrédients" et on s’entoure d’une équipe "comme le chef au restaurant", explique-t-il.
 
Par cette "synergie entre différents types de médias", des organes de presse comme la chaîne chinoise CCTV, publient de courtes vidéos avec un texte sur un angle d’information.
 
La préparation de ces nouveaux produits médiatiques fait appel à une variété de techniques. Selon les préférences de son public, le professionnel de média structure son information suivant le "shallow reading" (lecture en surface) en opposition au "deep reading" (lecture profonde).
 
La CCTV avait usé de cette démarche pour publier son interview avec le président russe Vladimir Poutine, en visite en Chine, l’année dernière, a souligné M. Zhao.
 
En plus de l’entretien intégral, une vidéo de 3 minutes adaptée aux téléphones portables avait été largement partagée.
 
Ces vidéos, outre le fait qu’elles sont concises et intéressantes, doivent être de qualité et parler aux internautes. 
 
"Si vous n’êtes pas intéressé au bout de 20 secondes, alors c’est que cette information est ennuyante", relève-t-il, notant par ailleurs que les gens ne sont plus suffisamment patients, pour regarder les longues vidéos. 
 
L’omnimédia prend aussi en compte l’environnement dans lequel l’utilisateur visionne le produit, et qui n’est pas toujours aussi confortable qu’avec les médias traditionnels comme la télévision où le journal, indique le journaliste du People’s Daily.
 
Une compagnie chinoise a dans cette tendance, créé de nouveaux équipements comme le stabilisateur à main, permettant avec son téléphone portable de réaliser des vidéos de qualité, avec une manipulation très souple.  
 
Avec ces nouveaux produits médiatiques, l’utilisation du sous-titrage et du fond sonore prend de plus en plus d’importance.  
 
L’introduction de la H5, pour les reportages, entre autres, vient soutenir cette nouvelle façon de donner des informations. 
 
Elle offre ainsi de nouvelles perspectives dans le design, la manière de présenter l’information, à travers les réseaux sociaux chinois comme Weibo et WeChat, le Whatshapp chinois.
 
Dans le flux continu de vidéos sur la toile, une panoplie de stratégies sont utilisées pour sortir du lot et faire voir son produit en premier. 
 
De la stratégie dite de la différenciation à l’amplification par la déviance, en passant par la fin inattendue. Certaines d’entre elles sont visionnées des millions de fois.
 
Pour le professeur FU Xiaguan de l’Université de communication de la Chine (CUC), "la présentation du contenu est parfois plus important que le contenu lui-même".
 
Le professeur Fu qui faisait un exposé sur le statut et la tendance de l’industrie médiatique chinoise, note que l’interactivité entre le journaliste ou le média et son public est aussi devenue importante pour attirer plus de "followers" (suiveurs). 
 
De cette manière, un ensemble de techniques sont utilisées pour susciter une attitude auprès de l’audience, susciter le débat, l’interaction et une attitude bien donnée.
 
A travers ce qu’il appelle "call to action" (CTA), le journaliste cède sa place d’acteur à l’internaute, et se contente de donner un sujet de départ, pour stimuler le public.

ADI/BK/ASG