’’Assemblée bi ñu bëgg’’ porte un ‘’programme social, économique et institutionnel
APS
SENEGAL-POLITIQUE

’’Assemblée bi ñu bëgg’’ porte un ‘’programme social, économique et institutionnel"

Dakar, 14 juil (APS) – La coalition ‘’Assemblée bi ñu bëgg’’ veut, entre autres propositions, porter un ‘’programme de gouvernance sociale, économique et institutionnelle’’, dont le premier axe devrait aboutir à une ‘’loi pour l’équité sociale’’, a déclaré vendredi à l’APS son leader national, Mohamed Sall Sao.
 
‘’Le premier axe se réfère à nos thèmes privilégiés de campagne : c’est la mise en œuvre d’une grosse proposition de loi-programme pluriannuelle, que l’on appellerait +loi pour l’équité sociale+’’, a-t-il dit, précisant que dans cette proposition, il y a ‘’toutes les questions qui s’orientent vers le relèvement du niveau de vie des populations et l’amélioration de leurs conditions de vie’’.
 
Il s’agit, a précisé M. Sao, du pouvoir d’achat, de la qualité de vie, de l’accès au logement social, de l’hygiène publique, de la gestion des ordures ménagères, des inondations, de la satisfaction des besoins essentiels en eau, en soins de santé ‘’avec le maillage territorial complet en suffisamment de centres de santé pour permettre aux populations dans les villages d’avoir un minimum d’équipements, etc.’’
 
Selon lui, le volet économique de ce programme, ‘’c’est tout ce qui va corriger les imperfections et les errements du PSE (Plan Sénégal émergent), c’est-à-dire les fameux 27 projets phares avec le TER (Train Express Régional), les cités ministérielles de Diamniadio… Donc une réorientation et un recadrage des projets de ce PSE’’. 
 
S’agissant de l’axe institutionnel, Mohamed Sall Sao a signalé que celui-ci se réfère aux réformes institutionnelles qui n’ont pas été discutées avec les populations lors du référendum de 2016. 
 
‘’Il y a beaucoup d’autres questions qui étaient inscrites aussi bien dans les conclusions des Assises nationales que dans les propositions de la Commission nationale de réforme des institutionns (CNRI), et qui n’ont pas été inscrites dans l’agenda. La question du non-cumul de mandats, du non-cumul des postes de chef de l’Etat et de chef de parti, le problème du renforcement de la séparation des pouvoirs, et notamment le pouvoir judiciaire’’, a énuméré la tête de liste de la coalition ‘’Assemblée bi ñu bëgg’’.
 
‘’Si nous allons à l’Assemblée nationale, toutes ces réformes seront inscrites dans l’agenda parlementaire pour faire l’objet de révisions’’, a promis M. Sao, soulignant que dans le programme institutionnel, ‘’il y a un axe sur la moralisation de la vie publique, la gestion de la transparence, l’obligation de rendre compte, la lutte contre l’impunité, la dépolitisation de l’administration…’’
 
Mohamed Sall Sao a en outre indiqué qu’il y a une proposition propre à l’Assemblée nationale, appelée ‘’programme de gouvernance parlementaire’’, dont les volets concernent des questions de refondation de l’Assemblée, ‘’laquelle refondation couvre la réorganisation, le mode de fonctionnement, le règlement intérieur, les moyens financiers, les dépenses budgétaires, la réorganisation de la questure et le renforcement des capacités des parlementaires’’.

"Ce dernier point va permettre aux députés de jouer le rôle qui doit être le leur, en matière de contrôle de l’action gouvernementale et en matière de formulation d’évaluation des politiques publiques…’’, a-t-il poursuivi.
 
La coalition ‘’Assemblée bi ñu bëgg’’ a été créée à la suite des démarches de deux partis politiques : le Mouvement pour le rassemblement démocratique et le progrès (MRDP) et l’Union pour la démocratie (UDP).

Elle a mis en place par des mouvements de la société civile : la Plateforme ‘’Avenir Sénégal bi ñu bëgg’’, le Mouvement citoyen pour le développement du Sénégal, le Mouvement national des artisans, le Regroupement des mouvements féminins.

ADC/ESF