La majorité pas opposée à une personnalité neutre pour piloter le dialogue national (représentant)
APS
SENEGAL-POLITIQUE-CONCERTATIONS

La majorité pas opposée à une personnalité neutre pour piloter le dialogue national (représentant)

Dakar, 16 mai (APS) - La majorité présidentielle, par la voix d’un de ses représentants aux concertations sur le dialogue politique, dit ne pas être opposée à la mise en place d’une commission cellulaire devant être dirigée par une une personnalité neutre pour piloter ce processus.
 
"La majorité a affiché toute sa disponibilité à travailler, à discuter’’ de "toutes les questions qui seront à l’ordre du jour (…)’’ de ce dialogue politique, a avancé Cheikh Sarr, à l’issue d’une réunion de concertation tenue ce jeudi à la Direction générale des élections (DGE). 
 
Concernant la personnalité ou la commission qui devrait diriger le dialogue, "nous sommes d’accord", a-t-il déclaré à l’issue de cette rencontre à laquelle ont pris part des représentants du camp présidentiel, des non-alignés et de la société civile, à raison de cinq plénipotentiaires par pôle politique. 
 
Les partis politiques regroupés au sein du Front de résistance nationale (FRN) ont en revanche boycotté ce rendez-vous, exigeant au préalable la mise en place d’une commission cellulaire indépendante et l’engagement solennel du chef de l’Etat à appliquer les conclusions du dialogue.
 
"Nous avons choisi pour le moment de laisser à l’opposition et aux non-alignés le choix de faire des propositions parce que en réalité ce n’est pas quelque chose qui nous gêne", a fait savoir Cheikh Sarr.
 
"Ce qui est important, c’est que cette personne puisse être un facilitateur qui soit en mesure de coordonner les activités que nous ferons dans le cadre de cette concertation-là", a-t-il indiqué. 
 
Le directeur général des élections, Tanor Thiendella Fall, évoquant les propositions de la majorité, considère que l’idée d’une commission cellulaire "est en train de se dessiner".
 
Et M. Fall d’ajouter que ce compromis devrait "sans nul doute favoriser le rapprochement entre l’opposition et la majorité".
 
Il se dit convaincu que "l’opposition, la majorité, la société civile, chacun en ce qui le concerne, fera de son mieux pour que les propositions se rapprochent et pour qu’on trouve effectivement la bonne formule pour la conduite de ces travaux".
 
Le coordonnateur du pôle des non-alignés, Déthié Faye, abondant dans le même sens, a préconisé "un audit complet" du processus électoral, le fichier y compris.
 
Selon Déthié Faye, cet audit, une fois accompli de manière exhaustive, permettrait aux acteurs concernés de compter sur "un processus électoral fiable et consensuel".
 
Mais à l’en croire, "le grand problème, l’équation fondamentale que la classe politique doit résoudre aujourd’hui c’est la question de confiance".
 
"Alors, si nous avons une autorité qui n’est pas partisane, qui prend en charge l’organisation des élections, nous pensons qu’il y aura plus de sérénité dans l’espace politique et plus de transparence dans les élections", a-t-il affirmé.


MK/BK/ASG