APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-CAMPAGNE

"La politique, plus gros obstacle au développement du pays" (Abdoul Mbaye)

Dakar, 15 juil (APS) - La politique constitue "le plus gros obstacle" au développement et à un avenir meilleur pour le peuple sénégalais, a soutenu la tête de liste nationale de la coalition "Joyyanti", Abdoul Mbaye. 
 
Dans un entretien avec l’APS, le président du parti de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT, opposition) précise que c’est "l’obstacle politique, pris dans le sens de la manière dont on conduit la politique dans ce pays". 
 
C’est pourquoi, a justifié l’ancien Premier ministre, il fallait entrer en politique pour démontrer, faire comprendre et ainsi amener les Sénégalais à accepter la manière de faire la politique autrement. 
 
Selon lui, "cela permet de choisir des dirigeants politiques au service de leur Nation, de leur peuple, et non pas des politiciens soucieux d’abord d’assurer par la politique leur ascension sociale, leur enrichissement et celui de leur proche".
 
Se prononçant sur la mesquinerie dans le milieu politique, le leader de l’ACT affirme que quand une personne attend sa "pitance quotidienne" de sa pratique politique, "elle est en situation de survie qui conduit à être prêt à tout". 
 
"Dans le cadre de notre vision de faire de la politique autrement, nous en appelons à une politique d’abord soucieuse de l’intérêt général, qui s’intéresse à ce qui peut améliorer les conditions de vie des populations", a-t-il fait valoir. 
 
D’après lui, cette vision renvoie à un souci de gestion sobre, transparente et vertueuse des affaires publiques afin qu’il n’y ait pas de distraction ou de spoliation des populations par des détournements et des surfacturations, etc. 
 
L’ancien Premier ministre souligne que son engagement pour la République relève d’une promesse de gestion sobre et vertueuse. Mais, même si "cet idéal a été trahi, il reste le bon chemin vers le développement économique et social d’un pays", soutient encore Abdoul Mbaye. 
 
Sur la présente campagne pour les élections législatives, le porte-étendard de la coalition "Joyyanti" a fait remarquer que les enjeux sont "majeurs". Il a souligné la nécessité pour les candidats de se focaliser sur l’intérêt des populations pendant les 21 jours que va durer cette campagne. 
 
Par contre, il trouve dommage que le président de la République et son gouvernement "désertent" leur bureau pour battre campagne. "Ils sont là pour gérer le pays et non pas pour se mettre en vacances de campagne électorale", a-t-il déploré. 
 
"Si le pays est au ralenti, si l’activité administrative est quasiment éteinte, c’est bien à cause de cette [situation] et il faut le regretter", a encore dénoncé l’ancien Premier ministre. 
 
En plus de l’ACT, la coalition "Joyyanti" est composée de la Ligue des masses, du Mouvement national des serviteurs des masses, de la Nouvelle alternative pour la solidarité, du Mouvement pour le rassemblement et l’unité et du Parti africain pour la renaissance et l’émergence.


LTF/ASB/ASG