Le PS réaffirme son ancrage au sein de
APS
SENEGAL-POLITIQUE-PERSPECTIVES

Le PS réaffirme son ancrage au sein de "Benno Bokk Yaakaar"

Dakar, 10 oct (APS) - Le Parti socialiste, par la voix de son porte-parole Abdoulaye Wilane, a réaffirmé son ancrage dans la coalition "Benno Bokk Yaakaar" regroupant le pouvoir et ses alliés, près de 3 mois après la disparition de son emblématique secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, le 15 juillet dernier.
 
Aminata Mbengue Ndiaye a été désignée pour présider aux destinées du Parti socialiste ’’jusqu’au prochain congrès ordinaire’’ de la formation socialiste, suite au décès de son précédent secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, le 15 juillet dernier.
 
Aminata Mbengue Ndiaye, jusque-là secrétaire général adjoint du PS, a été désignée pour présider aux destinées du Parti socialiste "jusqu’au prochain congrès ordinaire", mercredi, à l’issue d’une réunion du secrétariat exécutif national (SEN) de la formation socialiste.
 
"Le secrétariat exécutif national (SEN) du Parti socialiste a décidé que Mme Aminata Aminata Mbengue Ndiaye succède provisoirement à la tête du parti à notre défunt secrétaire général, Ousmane Tanor Dieng, jusqu’au prochain congrès ordinaire", a annoncé Abdoulaye Wilane aux journalistes.
 
Il a dans le même temps indiqué que la réunion du secrétariat exécutif national du PS avait été l’occasion de réaffirmer "l’ancrage du Parti socialiste dans la coalition Benno Bokk Yaakaar qui est, somme toute, l’aboutissement d’un processus de luttes communes, par la mutualisation des forces politiques, en vue de relever les défis de notre époque et placer notre pays, sur les rampes de l’émergence".
 
L’instance exécutive du PS a de même "salué les initiatives opportunes du chef de l’Etat, tendant à pacifier l’espace politico-social, telles que l’ouverture du dialogue national consubstantiel à la démocratie ainsi que les récentes mesures de grâce".
 
L’ancien maire de Dakar Khalifa Sall, par ailleurs ex-responsable du PS, a été grâcié par le président de la République le 29 septembre dernier, après plus de deux ans de détention dans l’affaire dite de la "caisse d’avance" de la mairie de Dakar qu’il dirigeait.
 
Il a bénéficié d’une "remise totale des peines principales’’, en même temps que ses co-détenus Mbaye Touré et Yaya Bodian, également condamnés dans la même affaire.
 
L’ancien édile, incarcéré depuis mars 2017 dans l’affaire dite de la "caisse d’avance" de la mairie de Dakar, avait été condamné à 5 ans de prison le 30 mars 2018 pour notamment escroquerie sur deniers publics.
 
Cette peine a été confirmée par la Cour d’appel de Dakar, le 30 août 2018, et la Cour suprême, le 3 janvier 2019.
 
Il avait auparavant été révoqué de ses fonctions de maire de la capitale sénégalaise, au lendemain de la confirmation de sa condamnation par la Cour d’appel. Khalifa Sall avait aussi perdu son mandat de député.
 
L’ancien édile était présenté, avant sa condamnation, comme un potentiel candidat à la dernière présidentielle, un point de divergence avec certains responsables du PS avec lequel la rupture avait été consommée.
 
Ces derniers tenaient davantage à l’alliance avec l’Alliance pour la République et d’autres formations de la mouvance présidentielle à travers la coalition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY).
 
Le PS, sous la direction de son défunt secrétaire général Ousmane Tanor Dieng, est l’une des principales forces de la colaition Bennoo Bokk Yaakaar (BBY), formée depuis le second tour de l’élection présidentielle de 2012 et qui a aidé à la rélection du président Macky Sall pour un second mandat de cinq ans (2019-2024).


DS/BK/ASG