Le programme du PAC promeut une Assemblée nationale de rupture (leader)
APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-CAMPAGNE

Le programme du PAC promeut une Assemblée nationale de rupture (leader)

Saint-Louis, 16 juil (APS) - Le Parti pour l’action citoyenne (PAC) a un programme ambitieux à même de favoriser une Assemblée nationale de rupture, qui propose des lois et contrôle l’action du gouvernement, conformément à sa mission, a déclaré son leader Bruno d’Erneville, samedi à Saint-Louis.
 
Dans la ‘’vieille ville’’ où il est allé à la rencontre des militants de son parti, il a indiqué que la coalition présidentielle, Benno Bokk Yaakaar, a ‘’fait une législature pas satisfaisante pour les populations’’. Il a ajouté que Manko Wattu Sénégal, dirigé par Abdoulaye Wade, ‘’ne dispose d’aucune alternative pour apporter des solutions, car étant rejetée par le peuple en 2012, après 12 ans de pouvoir dramatique’’.
 
Il a invité les militants de Saint-Louis à retirer leurs cartes d’électeur pour voter massivement pour la liste PAC. Il s’agit selon lui d’élire les candidats de son parti à l’Assemblée nationale afin de proposer des lois, pour régler définitivement la question des pêcheurs de cette ville qui sont, aujourd’hui, confrontés à des difficultés avec la rupture des accords de pêche entre le Sénégal et la Mauritanie.
 
Il a par ailleurs affirmé que le problème lié à la brèche de la langue de barbarie relève de la responsabilité de l’ancien régime, particulièrement d’Abdoulaye Wade qui avait, selon lui, ‘’donné aux Marocains l’autorisation’’ de l’ouverture, créant ‘’un drame écologique sans précédant’’.
 
 
Après avoir adressé ses condoléances aux familles des victimes et au peuple sénégalais, suite au drame survenu samedi au stade Demba Diop lors de la finale de la Coupe de la Ligue, il a appelé à une restauration des valeurs, du civisme et de la citoyenneté, afin de bannir toute forme de violence dans le pays.
 
‘’Notre parti s’est engagé pour un retour du pouvoir au peuple, à réformer l’administration, mais aussi à faire les réformes fiscales nécessaires, afin de booster l’emploi pour permettre aux jeunes de s’insérer dans la vie économique du Sénégal’, a-t-il conclu.

BD/ASG