L’écovillage de Backombel,
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-DEVELOPPEMENT

L’écovillage de Backombel, "un modèle de réussite’’

Backombel (Mbour), 12 nov (APS) – L’écovillage de Backombel (Sandiara, ouest) constitue "un véritable modèle de réussite" en matière de développement local, a estimé lundi l’administratrice et directrice du Bureau régional pour l’Afrique du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) à Dakar, Ahunna Eziakonwa. 
 
Cet écovillage est le fruit du Projet de conservation participative de la biodiversité et de développement faiblement émissif en carbone, financé par le PNUD et le Fonds pour l’environnement mondial (FEM).

Il intervient dans 84 villages dont 10 villages centres pour une population de près de 30 000 habitants et 2218 ménages, une initiative qui leur a permis d’accéder à l’énergie solaire, à l’eau potable et d’adopter des pratiques durables de gestion des ressources.
 
Ahunna Eziakonwa a effectué une visite de terrain dans le village de Backombel, où elle dit avoir constaté que les populations pratiquent l’agriculture biologique et ont des revenus plus importants.
 
Grâce à ce projet, l’installation d’une "boutique énergie" permet de limiter l’usage des prises électriques dans les maisons. Une mini-centrale électrique les alimente en électricité et permet d’éclairer l’église et les rues par des lampadaires.
 
Des biodigesteurs produisent du gaz et de l’électricité à partir des fertilisants organiques, comme les bouses de vache. Et une petite boulangerie fonctionnant avec du biogaz ou du butane, produit, par jour, 40 baguettes de pain, ainsi que des goûtés pour la cantine scolaire et les enfants du village et des localités environnantes.
 
La responsable du PNUD a appelé les populations locales à préserver la nature, pour en tirer le maximum de bénéfice. 

"Le résultat obtenu à travers ce projet d’écovillage, est la démonstration de ce que nous pouvons réaliser lorsqu’il y a une bonne collaboration entre les gouvernements et les partenaires au développement, en particulier le PNUD", a-t-elle indiqué.
 
Dans cette zone du département de Mbour, l’énergie solaire a permis d’améliorer le niveau de scolarisation des élèves, avec un taux de réussite de 100% au Certificat de fin d’études élémentaires (CFEE).

Elle a aussi facilité l’accès à Internet pour les enseignants et les élèves, ce qui fait que le taux de réussite scolaire s’est "nettement amélioré" au point que les parents d’élèves des villages environnants envoient leurs enfants à Backombel.

S’y ajoute que "les jeunes qui avaient déserté le village pour aller s’installer en ville ou à l’étranger, commencent à revenir pour travailler sur place, du fait de meilleurs revenus", s’est réjoui le directeur de l’école du village, Pierre Ndick Sarr.
 
Le secrétaire général du ministère de l’Environnement et de du Développement durable, Amadou Lamine Guissé, a magnifié les progrès réalisés dans ce village de la commune de Sandiara.

"Nous sommes en train de semer les bases du développement ici dans ce village. Il est bon de réussir la sécurité alimentaire, mais il est encore mieux d’assurer la régularité alimentaire. Et ici, nous avons réussi les deux ; chaque concession de ce village dispose d’une ferme agricole pour les cultures hivernales et maraîchères", a-t-il dit.

ADE/ASG/BK