Joyyanti compte restaurer la dignité de l’Assemblée nationale
APS
SENEGAL-LEGISLATIVES-CAMPAGNE

Joyyanti compte restaurer la dignité de l’Assemblée nationale

Dakar, 1j6 uil (APS) – Le leader l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (ACT), Abdoul Mbaye, a indiqué que la coalition "Joyyanti’’ a l’ambition de restaurer la dignité de l’Assemblée nationale, synonyme, selon lui, du "respect du mandat reçu par chaque député du peuple’’.

‘’Même si nous sommes minoritaires, nous avons le fort projet de restaurer la dignité de l’Assemblée nationale et cela veut dire essentiellement le respect du mandat reçu par chaque député du peuple’’, a dit le leader de l’ACT dans un entretien avec l’APS.

Joyyanti a aussi dans son programme la question de l’assiduité des députés pour les projets de loi qui sont présentés par le gouvernement aux élus.

S’ils sont élus, les candidats de la coalition observeront cette démarche ‘’en se souciant, à chaque fois, de constater si oui ou non, ces projets sont en conformité avec l’intérêt général, avec l’intérêt des populations, et montrer par un travail critique la possibilité d’apporter des amendements et l’éventualité d’un rejet de projet de loi en votant contre […]’’.

Mais cette posture n’exclut en rien un vote favorable lorsque ces projets de loi sont bien rédigés et qu’ils soient conformes aux intérêts des populations.

A l’en croire, le rôle principal de l’Assemblée nationale, c’est de voter des lois, de contribuer positivement par son travail à l’élaboration de ces lois, mais aussi de mettre sur pied des commissions d’enquête, pour éclairer les Sénégalais sur les gros scandales.

‘’C’est le cas actuellement dans le domaine du gaz et du pétrole’’, a expliqué l’ancien Premier ministre, qui souhaite qu’il y ait un éclairage sur le programme routier du Sénégal et la manière dont il a été mis en œuvre.

Selon lui, l’Assemblée nationale devra, toujours, dans le cadre du respect de son mandat, réfléchir à des propositions de lois allant dans le sens des intérêts des populations dans des domaines où l’Etat aura insuffisamment légiféré.

LTF/ASG