Aïda Konaté, propriétaire terrienne et figure d’une révolution silencieuse
APS
SENEGAL-AGRICULTURE-PROFIL

Aïda Konaté, propriétaire terrienne et figure d’une révolution silencieuse

Par Seynabou Kâ
 
Dakar, 6 déc (APS) - Aïda Konaté, 55 ans, vit avec sa famille à Keur Matour Nguingue, un village de la région de Thiès (ouest) dont elle peut s’enorgueillir d’être la seule propriétaire terrienne. Un statut qu’elle arbore avec fierté et détermination.
 
Aida Konaté, mère de huit enfants, est propriétaire de champs que lui a légués son mari pour un total de deux hectares, une position aussi rare que le geste de son époux à son endroit.
 
A la rencontre de cette mère de famille dans ses champs, où elle était en train de s’employer sous un soleil de plomb, le sourire quasiment contagieux, on en vient à presque oublier qu’elle est l’exception qui confirme la règle de l’accès difficile des femmes sénégalaises au foncier.
 
Visiblement heureuse de recevoir sur ses terres, elle fait le tour de sa propriété à l’intention de son visiteur, avant de s’asseoir sur le rebord d’une réserve d’eau, le visage joyeux.
 
"Ici, c’est l’aéroport GIPS-WAR (Groupe d’initiatives pour le progrès social)", lance Aïda Konaté, qui a ainsi baptisé son champ en hommage à la structure qui a pu convaincre son mari de lui céder des terres à force de sensibilisation.
 
"Je ne connais que l’agriculture. Je remercie GIPS-WAR pour son soutien. Après avoir participé à un projet dont il est à l’initiative, +Cultiver pour vivre+, mon mari a été ravi de mes progrès et m’a octroyée ces terres qu’il a mis à mon nom", raconte-t-elle.
 
Chaque matin, elle enfile sa tenue de champ pour ses terres situées à quelques mètres de sa concession familiale.
 
"Je passe toutes mes journées au champ. Je laisse les travaux domestiques à mes belles-filles et je ne m’occupe que de mes cultures", dit-elle le souffle coupé, mais l’air soulagé.
 
Même si les champs ont été immatriculés à son nom, elle tient à préciser qu’elle les entretient avec l’aide de toute sa famille.
 
"Je cultive du niébé, de l’oseille et parfois de la mangue", affirme Aïda Konaté, ajoutant : "On cultive pour notre propre consommation, mais en cas de surproduction, nous en vendons pour subvenir à nos dépenses quotidiennes."
 
Le regard perdu à l’autre bout du champ où un puits est en train d’être creusé, elle avoue que sa seule préoccupation tient désormais au manque d’eau. "Tu vois, la plupart de ce que j’avais cultivé a séché à cause des coupures d’eaux fréquentes", ajoute-t-elle, sollicitant l’appui autorités.
 
Ablaye Kanté, son mari, dit être fier d’avoir octroyé deux hectares à sa femme. "Ce qui est à moi est à elle. Sa formation avec le GIPS-WAR m’a convaincu, et c’est pour cela que je lui ai octroyé cette terre", a dit le vieux Kanté, assis sous sa véranda, entouré de ses petits-enfants.
 
D’une voix empreinte de fierté, il avoue que l’activité de sa femme représente pour lui "une chance", les revenus et produits tirés des champs étant destinés à la consommation familiale.
 
Assise sur une natte sous l’immense tamarinier qui répand son ombre dans la maison, Adama Niang, une jeune dame, observe la conversation de loin.
 
Elle est agricultrice comme la quasi-totalité des femmes du village, mais au contraire de sa voisine, elle ne possède pas de terre.
 
"Mon mari ne m’en a pas encore octroyé, parce que la parcelle sur laquelle nous travaillons ne lui appartient pas en totalité", explique-t-elle.
 
"Il y a peu de femmes qui ont des terres dans le village. Je n’en fais pas partie pour le moment, mais j’ai grand espoir d’en avoir moi aussi un jour, pour travailler et être indépendante", espère Adama Niang.


SK/BK/AKS/OID