Dame Diop souligne le bon bilan de la convention Etat-employeur
APS
SENEGAL-SOCIETE

Dame Diop souligne le bon bilan de la convention Etat-employeur

Dakar, 4 déc (APS) – Le ministre de l’emploi, de la formation professionnelle et de l’artisanat, Dame Diop, a soutenu que la convention Etat-employeur est un dispositif performant pour avoir permis l’insertion de quatre-vingt-cinq pourcent des jeunes enrôlés, dans les entreprises à cette convention.

"La convention Etat-employeur constitue un dispositif pour améliorer l’insertion des jeunes parce que quatre-vingt-cinq pour cent d’entre eux sont employés dans les entreprises à travers cette convention", a-t-il déclaré.
 
Dame Diop intervenait mardi lors de la plénière de l’Assemblée nationale consacrée au vote du budget 2020 du ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat.
 
Selon M. Diop, l’objectif actuel de son département est de "faire de la formation professionnelle et technique (FPT) et de l’artisanat des instruments de facilitation d’accès à l’emploi, d’amélioration de l’efficacité et de la compétitivité des entreprises et de création de richesse pour la lutte contre la pauvreté et l’exclusion".
 
Cette nouvelle orientation se trouve "en parfaite cohérence avec la vision d’un Sénégal émergent à l’horizon 2035 avec une société solidaire dans un Etat de droit’’, a-t-il affirmé.
 
Pour ce faire, a-t-il annoncé, le ministère de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat "envisage de renforcer et d’équiper les centres en construction’’, sans compter que "45 centres de dernière génération seront construits sur toute l’étendue du territoire" national.
 
Dame Diop a précisé que ces centres "seront construits en plusieurs phases", déjà 15 d’entre eux ont été identifiés "en tenant compte de l’équité territoriale et sociale, en fonction des critères techniques superposés et croisés".
 
Il a également fait état de la construction, "dans les jours à venir", d’un centre de formation sur les métiers du pétrole et du gaz à Saint-Louis et un autre dédié aux cuirs à Ngaye. 
 
Au sujet de la formation professionnelle, il a précisé que le nombre de centres a ‘’sensiblement augmenté passant de quatre-vingt-sept en 2017, à cent dix-neuf’’, en 2019, ‘’avec une projection de cent trente-un centres’’.
 
‘’Nous allons construire un centre de formation sur les métiers du pétrole et du Gaz à Saint-Louis , ainsi qu’un centre des cuirs à Ngaye. 
 
A en croire Dame Diop, le nombre d’apprenants dans ces structures "avoisine les 54.000’’, l’objectif étant d’atteindre pour 2020 le seuil des 90.000.
 
Dans le cadre de la territorialisation des politiques publiques, a-t-il signalé, "les bénéficiaires d’une formation seront suivis, via un projet de métier élaboré en amont et un renforcement de l’entreprenariat, en vue de leur apprendre à gérer leur propre entreprise".
 
Il s’agira ainsi de "mettre en place une plateforme départementale, avec un plan d’accompagnement et de coaching, mais également un dispositif de suivi des entreprises", a-t-il poursuivi.
 
Dame Diop note par ailleurs que "les ressources mobilisées dans la formation sont insuffisantes" au regard du nombre important de jeunes que son département compte enrôler dans le cadre de la formation professionnelle.
 
Aussi a-t-il salué le "bond important" enregistré ces dernières années par le budget alloué à son département, lequel est passé de 24 milliards en 2012 pour atteindre plus de 58 milliards en 2020.
 


MK/BK