Moussa Mbaye :
APS
SENEGAL-HUMANITAIRE

Moussa Mbaye : "Notre pays a un devoir de mémoire envers Jacques Bugnicourt’’

Dakar, 16 avril (APS) - Le Sénégal a un devoir de mémoire envers Jacques Bugnicourt, premier secrétaire exécutif de Enda Tiers-monde, en raison du fait qu’il a consacré toute sa vie au pays et à ses ‘’populations les plus humbles’’, a déclaré mardi l’actuel secrétaire exécutif de cette organisation, Moussa Mbaye.
 
‘’Nous avons pensé rendre un devoir de mémoire à Jacques Bugnicourt, parce que c’est quelqu’un qui portait un grand niveau d’humanisme et qui a dédié sa vie à notre pays, à nos populations les plus humbles, pour montrer que c’est tous ensemble que nous devons rendre la société conviviale’’, a-t-il souligné lors de la cérémonie d’hommage à la mémoire de M. Bugnicourt, décédé le 16 avril 2002.
 
‘’C’est un homme d’un humanisme intégral’’, a-t-il exalté devant notamment les élèves de l’école qui porte son nom, ses amis, des universitaires, des anciens de Enda Tiers-monde et des populations des quartiers qu’il a eu à aider.
 
En fondant et en dirigeant Enda Tiers-monde pendant 30 ans, a-t-il expliqué, ‘’il a jeté les bases d’une organisation, d’une structure qui porte un apport universel’’. Il a rappelé que ‘’Enda est la seule organisation qui est née dans un pays en développement et qui a apporté quelque chose à tous les continents […]’’.
 
Selon le secrétaire exécutif du réseau international de Enda Tiers-monde, une organisation basée au Sénégal mais implantée aussi ailleurs en Afrique et Asie, ‘’ Jacques Bugnicourt avait tous les diplômes, toutes les connaissances pour occuper n’importe quelle activité dans ce monde’’. Mais selon lui, ‘’il a décidé de venir appuyer un jeune Etat indépendant, le Sénégal, d’accompagner les personnes les plus vulnérables de nos sociétés’’.
 
Moussa Mbaye estime que ‘’son héritage c’est justement cette vision transmise dans l’action qu’il faut être soi-même, acteur de son propre développement’’. ‘’Le développement c’est par les populations. C’est la conjonction de l’environnement et du développement. C’est le nom d’Enda avant qu’on ne parle de développement en 1970, cette inclusion, cette participation’’, a-t-il indiqué.
 
Selon lui, ‘’après 45 ans, Enda doit transmettre aux jeunes cette affirmation de soi, s’appuyer sur notre culture pour fonder une confiance en soi et aller à la conquête du monde’’.
 
Il a relevé qu’aujourd’hui plus que jamais, ‘’Enda est composé de champions qui agissent dans la lutte contre les changements climatiques, l’agriculture durable, le renforcement de l’économie populaire, la bonne santé, l’entreprenariat des jeunes. Partout dans le monde, vous avez des entités de Enda qui agissent dans ce sens’’.
‘’Jacques Bugnicourt nous manque et manque à Enda. Il a consacré toute sa vie aux autres’’, a à son tour souligné la présidente d’Enda, Mariam Sow.
 
Jacques Bugnicourt, né le 19 mars 1930 à Warsy, un village de Picardie, en France, a intégré Siences Po Paris en 1947, et était dans la même promotion que Jacques Chirac, ancien chef de l’Etat français.
 
La Conférence sur l’environnement de Stockholm, en 1972, lui a donné l’opportunité de poser la première pierre de ce qui sera l’œuvre de sa vie : la construction d’une ONG du Sud pour l’environnement, le développement et la lutte contre la pauvreté, dénommée Enda Tiers-monde.
 
Cet hommage fait suite à la célébration, entre 2017 et 2018,
des 45 ans d’Enda Tiers-monde.

SKS/ASG