Saint-Louis : les résultats de la recherche sur le projet SENSE présentés aux acteurs et usagers de l’eau
APS
SENEGAL-COLLECTIVITES-HYDRAULIQUE

Saint-Louis : les résultats de la recherche sur le projet SENSE présentés aux acteurs et usagers de l’eau

Saint-Louis, 13 juin (APS) - Le GRET, l’Université Gaston Berger (UGB) et l’Agence régionale de développement (ARD) de Saint-Louis ont présenté jeudi aux acteurs de l’eau, les résultats de la capitalisation de la recherche-action sur le projet SENSE (Suivre ensemble les services publics d’eau potable du Nord).
 
La cérémonie de présentation et de partage de ces résultats a été présidée par l’adjoint au gouverneur en charge du développement de Saint-Louis, Khadim Hann, en présence des usagers de l’eau, des élus locaux et des partenaires.
 
Les travaux de recherche ont été initiés après qu’en 2014, la réforme du sous-secteur de l’hydraulique rurale a connu un tournant important avec la création de l’Office des forages ruraux (OFOR), dont l’objectif est d’introduire plus d’efficacité et de professionnalisme dans le secteur de l’eau potable en milieu rural. 

Selon Djiby Sarr, le chef du projet ’’SENSE’’, la capitalisation des résultats de la recherche-action initiée depuis juin 2017, a permis d’identifier trois problématiques majeures. Il s’agit de la perception des usagers sur le service public d’eau potable, les dispositifs de représentation des usagers et les dispositifs de dialogue multi-acteurs.
 
Il a indiqué que les résultats de la recherche avaient été déjà validés par les acteurs du secteur et les usagers de l’eau, avant de signaler l’élaboration d’un plan de renforcement de capacité et de communication autour de la réforme du sous-secteur de l’hydraulique rurale.
 
’’La diffusion et l’appropriation par les acteurs du secteur et les usagers, mais aussi l’institutionnalisation des dispositifs de représentation des usagers et des plateformes de dialogue multi-acteurs sont fortement attendus’’, a-t-il souligné.
 
Sambou Ndiaye, coordonnateur de l’Alliance de recherche-actions Université-Territoires (ARUT) de l’université Gaston Berger (UGB), a lui rappelé qu’avec la réforme de l’hydraulique rurale, l’Etat avait délégué la gestion de l’eau à des opérateurs privés. Selon lui, ce changement posait "deux enjeux importants". 
 
Le premier consistait à savoir ’’jusqu’où la délégation de service public au niveau de l’eau en milieu rural, pouvait laisser la place au contrôle citoyen et à la redevabilité sociale ?’’.
 
L’interrogation que suscitait l’autre enjeu, était de savoir ’’jusqu’où cette délégation permettait à ces usagers d’avoir des dispositifs de représentation qui pouvaient assurer la communication sociale et le rôle de contrôle citoyen’’.
 
Sambou Ndiaye pense que le projet SENSE a permis de "nouer le fil du dialogue après les tensions survenues dans la gestion de l’hydraulique". ’’Ces concertations ont permis de construire une innovation territoriale à partir de Gorom Lamsar, avec les usagers des départements de Podor, Dagana et Saint-Louis’’, s’est-il félicité.

Le coordonnateur de l’ARUP/UGB observe que des propositions concrètes ont été faites pour l’Etat sénégalais, en vue de lui permettre d’avoir ’’une réforme inclusive, ne laissant personne en rade et qui permette de garantir le lien social et la redevabilité du délégataire auprès des populations’’.
 
Selon lui, la démarche partenariale a été mis en avant, en associant toutes les parties prenantes de l’hydraulique rurale autour du projet SENSE.
 
’’Ce n’est plus des chercheurs universitaires qui viennent imposer leurs connaissances, mais c’est en rapport avec les usagers de Gorom Lamsar, l’OFOR, l’ARD, le GRET, que ces études ont été co-construites et mises à la disposition de l’Etat’’, ajoute-t-il.
 
Il a assuré que les résultats de la recherche, avaient "fait l’objet d’une appropriation par les acteurs du secteur de l’eau, les usagers".

Selon lui, "il reste aux pouvoirs publics de les reconnaître et de les démultiplier au niveau des territoires’’.
 
Amadou Diokh, responsable du patrimoine et de la gestion transitoire à l’Office des forages ruraux (OFOR), a salué les résultats de la recherche SENSE qui selon lui, apporte deux innovations pour un meilleur service de l’eau en milieu rural.
 
L’objectif du projet SENSE est de contribuer à l’élaboration, la mise en œuvre et le suivi de politiques inclusives dans le domaine du service public de l’eau en milieu rural à travers l’accompagnement des acteurs clés (Etat, opérateurs privés, usagers, collectivités) dans la mise en place d’un dialogue multi-acteurs et la promotion de nouvelles formes de régulation entre l’Etat et la société civile.

BD/ASG/BK