Vers le lancement d’une initiative internationale dédiée à l’information
APS
SENEGAL-FRANCE-AFRIQUE-MEDIAS

Vers le lancement d’une initiative internationale dédiée à l’information

Dakar, 11 nov (APS) – Plusieurs chefs d’Etat, dont le Sénégalais Macky Sall, ont décidé de lancer ‘’une initiative’’ dédiée à l’information et à la démocratie, à l’appel de Reporters sans frontières (RSF), une organisation de protection de la liberté de la presse.
 
‘’Les chefs d’Etat ou de gouvernement du Burkina Faso, du Canada, de Costa Rica, du Danemark, de la France, de la Lettonie (…) ont décidé de lancer (…) une initiative pour l’information et la démocratie’’, affirment-ils dans une déclaration conjointe, à l’occasion d’un forum sur la paix, dimanche, à Paris.
 
L’initiative sera également soutenue par les chefs d’Etat du Liban, de la Lituanie, de la Norvège, du Sénégal, de la Suisse et de la Tunisie.
 
Selon la déclaration conjointe reçue à l’APS, les chefs d’Etat vont mener cette démarche ‘’en s’inspirant des principes énoncés [dans une] déclaration’’ rendue publique par RSF le 5 novembre dernier, invitant les dirigeants à faire en sorte que ‘’l’espace mondial de l’information et de la communication soit considéré comme un bien commun de l’humanité’’.
 
RSF veut que soient ‘’garantis la liberté, le pluralisme et l’intégrité des informations’’ dans cet espace.
 
‘’Soixante-dix ans après l’adoption de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ils (les auteurs de la déclaration conjointe, Ndlr) réitéreront à travers cette initiative, ouverte au soutien d’autres Etats, leur engagement en faveur de la liberté d’opinion et d’expression’’, ajoute la même source.
 
Une commission internationale indépendante sur l’information et la démocratie, créée par Reporters sans frontières, ‘’appelle également à reconnaître que les individus ont un droit, non seulement à une information indépendante et plurielle, mais aussi à une information fiable’’.
 
Les chefs d’Etat disent, dans leur déclaration conjointe, être ‘’inquiets face à la fragilisation du journalisme professionnel et au développement de la désinformation massive en ligne, qui perturbent le fonctionnement de nos démocraties’’.
 
De même sont-ils ‘’préoccupés par la permanence dans de nombreux pays du contrôle politique sur la presse ou de l’asservissement de l’information à des intérêts particuliers’’.

ESF