Baccalauréat : le gouverneur de Thiès salue une
APS
SENEGAL-BAC-DEROULEMENT

Baccalauréat : le gouverneur de Thiès salue une "situation rassurante" dans les centres visités

Thiès, 17 juil (APS) - La situation observée dans quatre centres d’examens de la ville de Thiès, échantillon représentatif de la région, est "rassurante" tant du point de vue sécuritaire qu’organisationnel, a indiqué, mardi, le gouverneur Amadou Sy.


"La situation observée dans les centres d’examens visités est rassurante. Partout où on est passé, on nous a indiqué qu’il n’y aucun problème", a-t-il dit en wolof, estimant qu’ils constituent "un échantillon représentatif".

"Tout se passe très bien, il n’y a aucune raison que ça ne continue pas (...)" a dit M. Sy qui a salué la présence d’élements de la police et de la gendarmerie pour la sécurisation du déroulement des épreuves.

La délégation du gouverneur s’est rendue au Lycée Malick Sy au CEM Mamadou Diaw, aux Cours privés d’excellence (Cpex) et au Lycée d’excellence Cheikh Hamidou Kane.

"Au moment où l’on parle, aucun problème n’a été signalé", a-t-il relevé, non sans noter qu’il faut s’attendre à "quelques retards par ci, des surveillants qui manquent par là" dans une "grosse machine" comme l’organisation du baccalauréat.

"Mais il y a toujours une botte secrète pour apporter des correctifs, le cas échéant", a-t-il rassuré. "Nous avons remarqué qu’il n’y a pas eu de problème pour l’ensemble des candidats eu égard aux nouvelles mesures qui ont été édictées", pour la surveillance du baccalauréat, a encore noté Amadou Sy. le gouverneur de Thiès en déduit que cela "va concourir à une crédibilité du baccalauréat".

L’Office du Bac interdit aux candidats d’introduire des téléphones portables dans le centre et aux surveillants de les utiliser pendant la durée des épreuves, a, pour sa part, rappelé l’inspecteur d’Académie de Thiès Pape Baba Diassé.

"C’est un diplôme extrêmement important dans la psychologie de tout le monde", en ce sens que ce parchemin permet d’opérer la "translation" du secondaire vers le supérieur.

"Nous comprenons toutes les appréhensions qui découlent de situations connues par le passé", a dit le gouverneur, faisant allusion aux fuites notées l’année dernière au bac.

"Le ministre de l’Education a tenu à ce que toutes les dispositions soient prises pour mieux sécuriser le baccalauréat", a-t-il fait remarquer, non sans souligner qu’"une des mesures importantes" aura été "l’ouverture simultanée" de la malle contenant les épreuves par des clefs détenues par les présidents du jury et les chefs de centre.

Cette "innovation extrêmement importante, a-t-il souligné, a été appliquée partout où on est passé". Il s’agit d’une consigne qui a "été répétée partout".

"Nous souhaitons que les résultats suivent", a-t-il poursuivi, notant que "personne ne souhaite que les efforts (consentis pour l’organisation de l’examen) soient vains".

Le gouverneur n’a pas manqué de saluer la proportion de 51,96% de filles parmi les candidats, ce qui reflète un peu le ratio homme femme dans la population générale. Estimant que cela représente une "variable importante" et le fruit d’un long combat pour l’accès et le maintien des filles à l’école.

Il a également évoqué la particularité du bac pour les candidats de l’Institut national d’éducation et de formation des jeunes aveugles (INEFJA) qui passent leurs épreuves au centre du Lycée Malick Sy.

Pour eux, "ce qui peut apparaître comme un retard est une situation normale", puisqu’après avoir reçu les sujets, ils sont transcrits en braille pour les candidats non voyants. Ces derniers les traitent en braille pour rendre leurs copies, qui sont retranscrites en noir pour les correcteurs. Si bien que certains surveillants indiquent qu’ils sont sur place ’’de 8 heures à 1 heure du matin’’, a-t-il rapporté.

M. Sy a insisté sur la nécessité de mettre les candidats non voyants dans les ’’conditions normales d’examens’’, de nature aussi à garantir la crédibilité de leur diplôme.

"A Thiès, le baccalauréat se déroule correctement, aussi bien dans Thiès ville que les départements parce que nous sommes en contact direct avec les chefs de centre et les superviseurs envoyés par l’office du Bac pour nous enquérir de la situation du démarrage dans les différents centres de l’Académie", a aussi assuré l’inspecteur d’Académie Pape Baba Diassé.

Il a indiqué que Thiès compte ’’25.093 candidats distillés dans 64 centres, dont 5 centres secondaires et 81 jurys’’. Soit une hausse de 1.301 candidats par rapport à l’année dernière. Sur ces candidats, il y a 13.039 filles, soit 51,96%. Ce qui fait qu’"on a même dépassé la parité au niveau du baccalauréat".

ADI/PON