Dakar abrite une conférence internationale sur ’’la marchandisation de l’éducation
APS
MONDE-FRANCOPHONIE-EDUCATION

Dakar abrite une conférence internationale sur ’’la marchandisation de l’éducation", lundi

Dakar, 20 oct (APS) - Une rencontre internationale sur "la marchandisation et la privatisation de l’éducation" se tiendra à Dakar, à partir de lundi, dans le but d’apporter "des réponses propres à préserver le droit à l’éducation gratuite et de qualité pour tous", a-t-on appris vendredi des organisateurs.
 
Plus de 80 organisations et représentants du secteur public d’une vingtaine de pays francophones sont attendus à cette rencontre prévue à l’Institut francophone pour l’éducation et la formation (l’IFEF) , ont-ils précisé lors d’un point de presse, en prélude à cette conférence.
 
La tenue de cette rencontre fait suite à un appel lancé par la société civile francophone - plus de 300 organisations signataires - contre "la marchandisation de l’éducation", en novembre 2016, a expliqué Sylvain Aubry, le représentant de l’Initiative mondiale pour les droits économiques et socioculturels, l’une des organisations à l’origine de la conférence.
 
"L’impact de la marchandisation et de la privatisation de l’éducation en termes de qualité, de discrimination, d’inégalités sociales, en fait un enjeu majeur pour les défenseurs du droit à l’éducation", a soutenu M. Aubry.
 
En Afrique, comme en Asie, en Amérique latine, En Europe et aux Etats-Unis, "il y a de plus en plus d’écoles privées, les parents sont presque forcés de mettre leurs enfants dans ces écoles parce qu’ils n’ont plus le choix", a-t-il indiqué. 
 
Selon M. Aubry, "au cours des quinze dernières années, le nombre d’écoles privées a explosé et a créé de plus en plus d’inégalités entre ceux qui peuvent accéder à des établissements privées de bonne facture et ceux relégués dans d’autres de moindre qualité".
 
Dans beaucoup de pays, "c’est la même situation, la même problématique d’inégalité croissante d’une école publique qui était avant le trésor de nos pays et qui nous permettait de vivre ensemble", a souligné le représentant de Solidarité laïque Alain Lefort.
 
Or, pour cet activiste membre du Forum social mondial, "l’école publique est en train d’être déconstruite par cette marchandisation de l’éducation".
 
"C’est une question qui intéresse au premier chef le gouvernement qui a la responsabilité régalienne’’ de la prise en charge de ces questions d’éducation, a relevé la secrétaire générale de l’Union démocratique des syndicats d’enseignants (UDEN), Awa Wade, membre du comité syndical francophone de l’éducation et de la formation.
 
"Nous comptons jouer notre partition contre ce fléau qui risque de gripper notre économie", mais "les statistiques ont toujours posé problème pour mesurer l’ampleur du phénomène. C’est la raison pour laquelle dans les termes de référence de la rencontre, il est prévu de faire l’état des lieux’’ de cette question, a conclu Mme Wade.
 
La rencontre vise à "trouver des réponses collectives porteuses de sens et d’innovation face à la marchandisation de l’éducation", selon les termes de référence de la conférence. La cérémonie d’ouverture sera présidée par le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam.
 

ADL/BK