L’AJS favorable à la mise en place d’une Boutique de droit à Diourbel
APS
SENEGAL-COLLECTIVITE-JUSTICE

L’AJS favorable à la mise en place d’une Boutique de droit à Diourbel

Diourbel, 17 juin (APS) - L’Association des femmes juristes du Sénégal (AJS) est favorable à la mise en place d’une Boutique de droit dans la commune de Diourbel pour rapprocher la justice des justiciables, a-t-on appris, jeudi, de sa secrétaire générale, Zeynab Kane.
 
’’Nous sommes favorables à une Boutique de droit et nous avons déjà l’expertise technique que nous allons mettre à la disposition’’, a-t-elle dit lors d’une activité de sensibilisation sur l’accès des femmes à la justice.
 
Cette rencontre présidée par l’adjoint au préfet Macodou Sy s’est déroulée en présence des acteurs locaux, des chefs de services techniques de l’état, du substitut du procureur.
 
Selon Mme Kane, ’’la région doit mettre un local et un appui institutionnel’’, parce qu’une Boutique de droit ’’est une structure avec des charges de fonctionnement’’.
 
Au cours des débats, les participants sont largement revenus sur la difficulté pour les femmes de Diourbel d’accéder à la justice malgré les nombreux cas de viols et de violences.
 
’’Il faut que le maire nous donne une boutique de droit’’, a plaidé la cheffe de service départemental du développement communautaire, Ndèye Marone.
 
’’Il est très difficile de travailler sur ces questions à Diourbel parce que les gens ont peur. De 2009 à 2012, je n’ai eu connaissance que de 87 viols’’, a t-elle relevé.
 
La cheffe de service de l’Action sociale, Oumar Diop, estime que ’’les femmes vivant avec un handicap auditive sont également victimes de viol’’ mais ne peuvent pas souvent dénoncer ces faits.
 
Le substitut du procureur, Mamadou Saïdou Diao, a assuré que ’’les femmes ont accès à la justice’’ et qu’il ’’faut juste améliorer’’ le service. 
 
’’Il faut que les victimes qui n’ont pas de moyens puissent bénéficier de l’assistance à la charge de l’Etat’’ comme c’est le cas pour les prévenus qui ont des avocats commis d’office, a-t-il prôné.
 
Pour lui, au-delà de la Boutique de droit, Diourbel doit également avoir une Maison de justice qui est ’’plus flexible’’ dans le cadre des médiations.
 
L’adjoint au préfet a promis de faire un plaidoyer auprès du maire pour l’octroi d’un site pouvant abriter la Maison de justice et la Boutique de droit dans la commune de Diourbel.
 

FD/OID/AKS