Tabaski 2019 : le gouverneur de Louga préconise des comités de crédit
APS
SENEGAL-RELIGION-FETE

Tabaski 2019 : le gouverneur de Louga préconise des comités de crédit

Louga, 26 juin (APS) - Le gouverneur de Louga, El Hadji Bouya Amar, a plaidé mercredi pour la mise en place de comités de crédit dans toutes les régions du Sénégal, en perspective de la Tabaski, afin de faciliter le processus de financement des éleveurs par la Caisse nationale de crédit agricole du Sénégal (CNCAS).
 
"Les dossiers de financement des éleveurs doivent nécessairement passer par le service de l’élevage qui doit en faire la validation technique avant de les transmettre à la banque", a-t-il dit.
 
Il s’exprimait lors d’un comité régional de développement (CRD) consacré au bilan de la Tabaski 2018 et aux préparatifs de celle de 2019. 
 
Au cours de la rencontre, les interventions étaient pour la plupart axées sur les difficultés notées au niveau du financement, dont les éleveurs se sont plaints du retard.

Mais pour les représentants des banques, ce sont plutôt les bénéficiaires qui soumettent avec retard ou de manière informelle leurs demandes.
 
Aussi le gouverneur a-t-il appelé à la mise en place de comités de crédit.

"Nous avons émis une très forte recommandation qui a même une valeur nationale, pour qu’il y ait des comités de crédit pour la Tabaski dans toutes les régions, et cela permettra de régler beaucoup de difficultés", a-t-il dit.
 
Il a néanmoins salué "le beau taux" de remboursement noté dans les départements de Louga et Linguère. 
 
"Ce que nous voulons, c’est que les éleveurs remboursent les crédits ; c’est ainsi que l’Etat pourra augmenter son enveloppe vis-à-vis de la CNCAS et que les banques privées vont continuer leurs efforts de financement", a-t-il fait valoir.
 
Au cours de la réunion, d’autres questions ont été soulevées, dont les points de vente, la sécurisation du bétail et le transport.
 
"Nous avons 22 points de vente au niveau de la région de Louga. Il revient à l’Etat d’en assurer la sécurité avec la police et la gendarmerie, mais c’est aux collectivités territoriales d’aider l’Etat et les éleveurs pour l’électricité, l’hygiène et l’eau dans les foirails", a-t-il soutenu.
 
La cheffe du service régional de l’élevage a présenté à l’occasion du CRD, le bilan de la Tabaski 2018 dans la région, dont les marchés ont accueilli des milliers de moutons, vendus à des prix variant entre 30.000 et 800.000 francs CFA. 
 
Elle a rappelé que Louga est pourvoyeuse en moutons et que les éleveurs ont l’intention de mettre, cette année, sur le marché près de 77.506 moutons. "Il sera difficile de donner le nombre exact de moutons dont a besoin la population, mais nos estimations s’élèvent à 70.000 têtes", a-t-elle dit.

SK/ASG/BK