COVID 19 : un médecin invite les médias à ‘’traquer les fake-news’’
APS
SENEGAL-SANTE-TIC

COVID 19 : un médecin invite les médias à ‘’traquer les fake-news’’

Thiès, 12 fév (APS) - Le médecin-chef de la région médicale de Thiès, le Docteur Malick Ndiaye, a invité mercredi les médias à aider à ‘’traquer les fake-news’’ diffusés sur les réseaux sociaux au sujet de l’épidémie d’infection à Coronavirus (2019-nCov).
 
 
’’Le virus ne peut se contaminer que d’homme à homme, une marchandise ne peut jamais contaminer une personne, c’est impossible et ça n’existe pas’’, a dit le Docteur Ndiaye, répondant à l’interpellation d’un journaliste sur d’éventuels risques que présenteraient les marchandises provenant de Chine.

’’C’est pourquoi nous devons insister sur la communication et vous de la presse (devez) nous aider à traquer les fake-news. Il y a beaucoup de fake-news sur cette maladie’’, a t-il ajouté en marge d’une rencontre du comité régional de gestion des épidémies. 

Il a assuré que le travail de sensibilisation en direction de la population, se poursuivra, pour leur expliquer que le coronavirus n’existe pas au Sénégal et que le système de santé sénégalais est ‘’solide’’.

Plus de 9.000 personnes réparties dans 78 districts prioritaires et non prioritaires peuvent prendre en charge la maladie, a t-il dit.

Le Docteur Malick Ndiaye a invité la population à ne pas céder à la panique, précisant que la maladie à virus Ebola avait un taux de létalité plus important - 70% contre 2% pour le Coronavirus.

Le système de santé sénégalais qui est ‘’performant’’, avait pu circonscrire le seul cas d’Ebola qui était venu de la Guinée lors de l’épidémie qui avait frappé des pays ouest-africains, en 2013.

Un dispositif de surveillance est mis en branle à l’Aéroport international Blaise Diagne de Diass, ainsi que dans 45 districts prioritaires sur les 78 que compte le pays.

A Dakar, il y a quatre hôpitaux où ont été aménagés des sites particuliers pour la prise en charge des malades ‘’si jamais il y en avait’’, a assuré Docteur Ndiaye.

’’On a des ressources humaines pour le faire’’, a-t-il dit.

Les services de santé font de la sensibilisation à travers les médias, par le biais d’émissions ou d’interviews. La communication va aussi cibler les écoles, pour toucher le plus grand public, a assuré le médecin-chef de la région.

La maladie dont le premier cas a été découvert le 12 décembre 2019 en Chine, se manifeste par une toux, un essoufflement et des problèmes respiratoires, a expliqué le Docteur Malick Ndiaye.

Les personnes qui décèdent de cette maladie sont pour la plupart des personnes âgées ou développant des ‘’maladies sous-jacentes’’, a t-il ajouté.

Le Docteur Ndiaye a invité les populations à ’’systématiser’’ le lavage des mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique après toute activité.

La protection avec un mouchoir, un masque ou même son propre coude, en toussant, peut éviter toute propagation du virus qui se transmet par des gouttelettes issues de la toux et des éternuements ou par le contact direct, a t-il souligné.
 
L’infection à Coronavirus dénommée 2019-nCov, a été déclarée urgence de santé publique (internationale) par l’OMS, depuis le 30 janvier dernier.
 
Un premier cas a été découvert le 12 décembre 2019 dans un marché de fruits de mer à Wuhan en Chine, a rappelé le médecin-chef de région, le docteur Malick Ndiaye.
 
A la date du lundi, la Chine comptait 40.235 cas confirmés et 909 cas de décès, là où les 24 autres pays touchés à travers le monde en totalisaient 319, pour un décès.

ADI/OID