Covid : 400 millions CFA de l’USAID pour la réponse sénégalaise via l’UNICEF
APS
SENEGAL-USA-PANDEMIE

Covid : 400 millions CFA de l’USAID pour la réponse sénégalaise via l’UNICEF

Dakar, 2 août (APS) - Le gouvernement américain va mettre à la disposition de l’UNICEF une enveloppe de plus de 400 millions de francs CFA pour financer le déploiement de vaccins contre la COVID-19 et renforcer la réponse du Sénégal à cette pandémie, a-t-on appris lundi de source diplomatique américaine. 

Selon un communiqué de l’ambassade américaine à Dakar, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) a annoncé, ce lundi, "la décision du gouvernement des États-Unis de mettre à la disposition de l’UNICEF une enveloppe d’environ 406.000.000 FCFA (700 000 dollars) pour financer le déploiement de vaccins contre la COVID-19 et renforcer la réponse du Sénégal à cette pandémie". 
 
"Ces fonds permettront à l’UNICEF de renforcer la chaîne du froid au Sénégal, en vue de garantir la distribution et la livraison, en toute sécurité, des vaccins, y compris ceux fournis par l’initiative COVAX, dans l’ensemble du pays", précise le communiqué. 
 
Il ajoute que ces fonds seront également utilisés pour appuyer les efforts du gouvernement visant à encourager l’utilisation de vaccins sûrs et efficaces et l’application continue de mesures de protection au sein des communautés. 
 
Le communiqué note que l’appui de l’USAID à l’UNICEF devrait s’ajouter à titre complémentaire aux dons effectués par COVAX, une initiative codirigée par la Coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies (CEPI), Gavi et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), dont le but est de promouvoir un accès équitable aux vaccins contre la COVID-19 à l’échelle mondiale. 
 
Il fait observer que le partenariat USAID-UNICEF arrive à point nommé pour le Sénégal qui connaît, depuis la fin du mois de mai 2021, une nouvelle recrudescence de cas de COVID-19. 
 
Au cours du mois de juillet 2021, les États-Unis ont fourni plus de 300.000 doses uniques de vaccins Johnson & Johnson au Sénégal à travers COVAX, en coordination avec l’Union africaine, rappelle le communiqué. 
 
Grâce au soutien de l’USAID, l’UNICEF pourra poursuivre l’acquisition d’équipements essentiels au transport des vaccins, notamment des boîtes isothermes, des bacs à glace et des porte-vaccins, explique la partie américaine. 
 
"Il pourra également renforcer la communication en matière de santé publique à travers les médias grand public et les réseaux sociaux. Ces fonds aideront le gouvernement et les partenaires à lutter contre la désinformation et à stimuler les efforts visant à limiter la propagation de la COVID-19’’, peut-on lire. 
 
"Le renforcement de la communication sur les risques et la mobilisation des communautés pour promouvoir la vaccination seront déterminants pour sauver des vies, contenir la pandémie, protéger les systèmes de santé et faciliter la relance de l’économie’’, fait-on valoir de même source. 
 
En dépit de "progrès impressionnants réalisés dans la campagne de vaccination, le Sénégal a besoin d’importantes doses de vaccin supplémentaires pour atteindre une plus grande partie de sa population et vaincre le virus", déclare Silvia Danailov, représentante de l’UNICEF au Sénégal.
 
Le pays "a également besoin d’un soutien accru pour renforcer la chaîne de froid et communiquer avec les communautés afin de créer un environnement favorable à la vaccination, d’instaurer la confiance et de garantir l’application des mesures barrières tout en poursuivant le déploiement des vaccins’’, dit-il dans des propos rapportés par le communiqué.
 
Selon Peter Trenchard, son directeur, l’USAID "espère pouvoir aider le gouvernement du Sénégal et d’autres partenaires du secteur de la santé à livrer, distribuer et administrer des vaccins essentiels pour aider le pays à se remettre sur pied et à protéger les populations vulnérables". 
 
"L’USAID Sénégal continuera, à travers ses partenaires, à encourager l’utilisation des vaccins partout au Sénégal et à sensibiliser à l’importance du port de masques pour sauver des vies’’, promet M. Trenchard, cité par le texte.

BK/ASG