CMU : le SG de l’ACMU évalue les progrés réalisés
APS
SENEGAL-SANTE

CMU : le SG de l’ACMU évalue les progrés réalisés

Saly-Portudal (Mbour), 25 jan (APS) - Le pourcentage de la couverture maladie universelle (CMU) qui était de 47% en septembre 2017 se situe actuellement aux alentours de 50%, a révélé le secrétaire général de l’Agence de la couverture maladie universelle (ACMU), Mamadou Racine Senghor.
 
"C’est vrai que, par rapport à l’objectif fixé, il y a des performances qui ont été réalisées parce qu’on est parti de 20%. Ainsi, nous avons fait un bond de près de 30%", s’est-t-il réjoui, l’objectif visé au départ étant d’arriver à un taux de 75% à l’horizon 2017.

Mamadou Racine Senghor s’exprimait jeudi, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), lors d’un atelier de partage des enjeux et orientations de la CMU avec des journalistes de la région de Dakar. 

Les journalistes vont ainsi être imprégnés des axes prioritaires du plan stratégique de développement de la CMU et de la mise en place d’un système d’information dénommé "Siggi CMU", destiné à "assurer la durabilité et la pérennité de ce programme" à travers une dématérialisation qui va améliorer la gouvernance.

L’une des "contraintes majeures" relevées sur le terrain demeure celle de la communication, avec une méconnaissance de la CMU en général et des mutuelles de santé en particulier.

Les responsables de l’ACMU ont, par conséquent, indiqué que des efforts de sensibilisation sont nécessaires, non seulement pour faire porter le projet par les acteurs, mais aussi et surtout pour son appropriation par les populations.

"Dans sa volonté d’accélérer le processus de mise en œuvre du programme de la CMU, l’ACMU a choisi de mener une forte information et communication de proximité sur l’ensemble
du territoire national, pour booster l’adhésion des populations aux mutuelles de santé", ont-ils fait valoir dans les termes de référence de cet atelier.

Selon Mamadou Racine Senghor, l’atelier est une occasion pour son institution d’expliquer aux professionnels des médias comment elle compte procéder pour résorber la dette qu’elle a contractée vis-à-vis des structures sanitaires, en améliorant le système de contrôle et de ciblage.
 
"Nous pensons que par rapport à cette manne financière que nous devons aux structures, dans le cadre d’un dialogue social constructif, nous pourrons trouver les solutions les meilleures", a déclaré le SG de l’ACMU. Il ne souhaite pas révéler le montant de la dette qui constitue, selon lui, "beaucoup d’argent".

Plus de 80% des 676 mutuelles de santé sont déjà agréées, a par ailleurs révélé Mamadou Racine Senghor, avant d’annoncer que d’ici la fin du mois de février prochain, l’agence va agréer l’ensemble des mutuelles de santé qui existent.
 
La mise en place d’un fonds de garantie est envisagée. D’ailleurs, un modèle d’expérimentation est en cours dans la région de Kaolack (centre).
 
 

ADE/MD/BK