La certification de la poliomyélite dans la région Afrique attendue en 2019
APS
AFRIQUE-SANTE

La certification de la poliomyélite dans la région Afrique attendue en 2019

Dakar, 28 août (APS) - La région Afrique espère obtenir la certification de la poliomyélite en 2019, bien que la prudence s’impose pour certains pays, a affirmé mardi le directeur de la prévention du Sénégal, docteur Elhadji Mamadou Ndiaye.
 
‘’Nous allons vers la certification de la poliomyélite. Dans l’agenda international, l’année 2019 a été choisie comme date, mais nous savons que pour qu’il y ait une certification, il faut une absence totale de cas’’, a-t-il expliqué.
 
Il intervenait en marge d’une session intitulée ‘’Gavi l’alliance du vaccin : procéder différemment pour obtenir des résultats concrets en matière de vaccination des enfants afin de converger vers la couverture sanitaire universelle’’.
 
’’Il y a d’autres conditions, l’ensemble des pays présente leur dossier de candidatures par rapport à la certification. On ne certifie pas un pays, on certifie une région, et c’est l’ensemble des pays de la région qui doit être exempt de cas de poliomyélite (virus sauvage)’’, a-t-il ajouté au deuxième jour de la 68 ème session du comité régional de l’OMS pour l’Afrique.
 
Selon lui, ‘’le Nigéria est actuellement dans une situation encourageante. Il est resté quand même deux ans sans un cas de circulation de polio virus sauvage avéré. Et c’était le dernier bastion en Afrique. Cela veut dire que les derniers pays endémiques comme le Nigéria sont dans une situation d’attente, une situation prudente mais quand même satisfaisante’’.
 
Il a déclaré que ‘’cette session sur la vaccination a été l’occasion de faire l’état des lieux par rapport à la prévention des maladies cibles de la vaccination mais surtout l’état de la situation vaccinale dans les pays où les couvertures vaccinales semblent être à deux niveaux’’.
 
‘’Il y a des pays qui ont atteint un niveau satisfaisant dans le but de pouvoir éviter certaines maladies évitables, mais il y a des pays qui, malheureusement, compte tenu de certaines spécificités, ont des soucis par rapport à l’atteinte des enfants‘’, a ajouté le Dr Ndiaye.
 
Il a signalé que ‘’ces pays ont eu à partager leurs expériences compte tenu de tous ces problèmes pour voir les stratégies mises en place pour pouvoir atteindre le maximum d’enfants dans un souci d’équité parce que tout le monde a droit à la vaccination’’.
 
Pour le ministre tchadien de la Santé publique, ‘’la vaccination, ce n’est pas seulement une affaire du ministère de la santé’’. Selon lui, ‘’c’est une multi-sectorialité. Il faut que tout le monde participe. La vaccination peut se faire en bas d’un baobab. On n’a pas besoin d’un grand centre de santé pour pouvoir le faire’’.
 
Aziz Mahamat Saleh estime que ‘’tout le monde a la responsabilité de vacciner ses enfants’’. ‘’Et nous insistons sur la communication et la sensibilisation pour que le message passe, je crois que tous ces objectifs qui sont atteignables profitent à tous, si on coordonne nos actions avec nos partenaires et que les stratégies soient des stratégies des pays pour que la mise en œuvre se fasse avec les financements alternatifs’’.

SKS/ASG/OID