APS
SENEGAL-USA-COOPERATION

"Spring’’ a favorisé des pratiques pouvant améliorer l’état nutritionnel des populations (directeur)

Kaolack, 11 oct (APS) – "Spring’’, un projet américain de renforcement de la nutrition des populations, a enregistré des ‘’résulats positifs’’ au Sénégal par le biais de la promotion d’interventions et d’innovations pouvant permettre d’améliorer l’état nutritionnel des populations, a souligné mercredi à Kaolack (centre) son directeur, Bob De Wolfe.
 
‘’Les résultats du projet sont positifs. Nous avons pu démontrer les innovations et les interventions qui peuvent réduire le taux de malnutrition et améliorer l’état nutritionnel des populations bénéficiaires’’, a-t-il notamment déclaré à des journalistes.
 
Bob De Wolfe s’exprimait en marge de la cérémonie de clôture du projet d’amélioration de la nutrition grâce au partenariat (SPRING), financé à hauteur de 3,8 milliards de francs Cfa par l’Agence américaine pour le développement international (USAID).
 
Le projet a duré de 18 mois. Il a été mis en œuvre dans les régions de Kaolack, Fatick et Kaffrine, dans le centre du pays. ‘’C’est un projet multi sectiriel basé sur la nutrition. Nous avons travaillé avec les secteurs de la santé, de l’agriculture, entre autres’’, a expliqué son directeur.
 
‘’L’objectif final est la nutrition des familles bénéficiaires. Les nouvelles techniques et méthodes agricoles ont eu un effet sur la production des aliments’’, s’est-il réjoui.
 
‘’La durée du projet (18 mois) ne permet pas d’impacter immédiatement l’état nutritionnel des populations cibles, mais les actions qui ont été mises en œuvre durant son exécution peuvent être importantes à l’avenir’’, a indiqué M. Wolfe.
 
Parmi les actions développés par le projet, figurent notamment l’introduction de nouvelles techniques et méthodes agricoles et d’aviculture, de nouvelles variétés de céréales à fort potentiel de rendement, la sensibilisation sur les questions de genre, a appris l’APS lors de la cérémonie de clôture.
 
‘’Nous avons travaillé avec les secteurs de la santé et la production alimentaire à travers une approche basée sur l’autosuffisance, la promotion de pratiques et de méthodes agricoles favorisant la production alimentaire nécessaire à l’alimentation des populations locales’’, a rappelé le directeur du projet.
 
Selon lui, SPRING a surtout travaillé avec les partenaires techniques, les ONG et des membres de la Cellule nationale de lutte contre la malnutrition (CLM)et des réseaux de producteurs de céréales et des groupements de femmes. 
 
Au total, douze unités de transformation de céréales ont été mises à la disposition d’autant de groupements de femmes des quatre régions d’intervention du projet.
 
‘’Ces unités mécanisées vont réduire les charges de travail pour les femmes, produire de la farines composée pour les besoins des aliments de seuvrage tout en permettant au membres des groupements de gagner de l’argent’’, a fait valoir Bob De Wolfe.

AKS/ASG