Le devenir du foot continental en discussions à partir de ce mardi à Rabat
APS
AFRIQUE-FOOTBALL-PERSPECTIVE

Le devenir du foot continental en discussions à partir de ce mardi à Rabat


+++De l’envoyé spécial de l’APS : Mamadou Salif Diallo+++


Rabat, 17 juil (APS) – Le symposium de la Confédération africaine de football convoqué pour discuter de la CAN de football (périodicité et ouverture de la phase finale) se tiendra à partir de ce mardi à Rabat (Maroc) que les délégués ont commencé à rejoindre, a constaté l’envoyé spécial de l’APS.




En plus des institutionnels (présidents de Fédération et sélectionneurs nationaux), le nouveau président de la CAF, le Malgache Ahmad, a invité des dirigeants du football africain comme l’Ivoirien Jacques Anouma.


L’Ivoirien, qui a été le premier à présenter sa candidature contre le président Issa Hayatou, a déjà pris ses quartiers ce lundi dans l’hôtel qui abrite la plupart des délégués attendus pour donner une nouvelle direction au football africain.


Concernant la périodicité, les discussions qui débutent ce mardi vont tourner autour de la tenue de la CAN en janvier ou en juin à la fin de la saison sportive en Europe et on parle également de l’élargissement de la phase finale de la Coupe d’Afrique des nations de 16 actuellement à 24 sélections nationales.


Si cette ouverture peut favoriser la participation des pays considérés comme de petits poucets, elle peut aussi réduire le nombre de pays candidats à l’organisation de la CAN.


Déjà que dans la formule actuelle, beaucoup de pays ont du mal
à remplir correctement le cahier des charges qui peut être revu si l’on en croit certains délégués.


Les recommandations de ce symposium pourraient être applicables pour la CAN 2019 prévue au Cameroun et intéressent l’Algérie et le Maroc qui ont fait actes de candidature pour se substituer au pays d’Afrique centrale au cas où il n’arriverait pas à remplir le nouveau cahier des charges.


Au sujet de la tenue de la Coupe d’Afrique des nations en janvier, le président Hayatou (1988-2017), en dépit de la pression des clubs européens, avaient toujours refusé de céder sur cette question, évoquant notamment l’impossibilité pour plusieurs pays africains d’abriter la compétition en juin (saison pluvieuse) dans beaucoup de pays.


Le nouveau président de la CAF, Ahmad Ahmad, a invité d’anciennes grandes stars du football mondial ayant évolué en Europe, à l’image du Nigérian, Jay-Jay Okocha, du Camerounais Samuel Eto’o et du Ghanéen Abedi Pelé. 


Beaucoup de footballeurs africains ne manquaient pas d’évoquer la pression des clubs européens et la difficulté pour certains d’entre eux de signer des contrats en raison de la tenue de la CAN en janvier.


On rappelle que pour la CAN 2017, un pays comme le Cameroun, futur vainqueur de l’épreuve, a dû faire sans plusieurs stars qui ont préféré leur avenir en club que la participation à la plus grande fête du football africain.


Côté sénégalais, en attendant le président de la Fédération sénégalaise de football, Me Augustin Senghor, le secrétaire général, Victor Ciss, et le sélectionneur national, Aliou Cissé, Diamil Faye, président du Guédiawaye FC et qui est aussi membre du Comité de candidature de Paris 2024, fait partie des experts invités.


Arrivé de Lausanne (Suisse)- il y a quelques jours les villes de Paris et de Los Angeles ont été choisies pour abriter les prochains Jeux olympiques (2024 et 2028)- le président du GFC, qui fait partie des personnes ressources, est déjà présent dans la ville marocaine.

SD/ASG/OID