Les Lions iront sans crainte à Ouagadougou (Aliou Cissé)
APS
SENEGAL-BURKINAFASO-FOOTBALL-SECURITE

Les Lions iront sans crainte à Ouagadougou (Aliou Cissé)


Dakar, 16 août (APS) – L’équipe du Sénégal de football ira jouer à Ouagadougou, au Burkina Faso le 5 septembre lors de la 4-ème journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2018 "sans crainte" a assuré son sélectionneur national, Aliou Cissé interrogé sur la situation sécuritaire dans ce pays après l’attentat de dimanche dernier.
 


"Surtout, il ne faut pas y aller avec la peur, nous irons jouer au football là-bas", a dit le sélectionneur national interrogé sur cette rencontre prévue dans la capitale burkinabé.


Aliou Cissé qui a séjourné dans la capitale burkinabé récemment en perspective de la rencontre du 5 septembre, a fait part de sa tristesse après ce "douloureux événement" qui a coûté la vie à des Burkinabé et à des Etrangers.


"Je profite de l’occasion pour présenter mes condoléances aux familles de victimes", a-t-il dit, parlant de moments difficiles pour ces familles et les populations du Burkina Faso.


"Nous irons dans ce pays avec sérénité et confiance", a-t-il ajouté, précisant que l’équipe du Sénégal y séjournera pendant 48h.


"Nous y allons le 4 et le retour est prévu après le match", a-t-il expliqué, indiquant avoir pris toutes les informations et les assurances pour que l’équipe du Sénégal soit logée dans les meilleures conditions.


"Nous serons dans un endroit très sécurisé près de l’aéroport et du stade du match", a-t-il par ailleurs ajouté.


L’attaque qualifiée de terroriste par les autorités du Burkina Faso qui a visé le café-restaurant Aziz Istanbul, à Ouagadougou, dans la nuit du dimanche 13 au lundi 14 août, a fait 18 morts.


Parmi les victimes, sept sont burkinabé et huit sont étrangers : un Français, un Sénégalais, un Nigérian, deux Koweïtiens, un Libanais, un Turc et une citoyenne canadienne, ont comptabilisé les autorités du Faso.


Le restaurant Istanbul est situé à environ 200 mètres du café Cappuccino, qui avait été en janvier 2016 la cible d’une attaque jihadiste sanglante revendiquée par Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi).


Cette attaque avait fait 30 morts et 71 blessés, en majorité des étrangers.


SD/PON