Le site de l'Agence de presse sénégalaise (www.aps.sn) est en tête des 20 portails sénégalais les plus visités, selon un classement effectué en décembre 2010 par le cabinet International Communication (INTERCOM). Cliquez ici pour lire l'article....................................................................................................................................................................Agence de Presse la plus utilisée dans les mediats en Afrique de l'Ouest francophone selon une étude de l'organisation internationale de la francophonie rendue publique en Septembre 2005 à Ouagadougou
PUBLICITE
 
 
 
 

 

SENEGAL-POLITIQUE-HISTOIRE

Il y a 60 ans disparaissait Bouna Alboury Ndiaye, le dernier Buurba Jolof

2012-07-27 13:17:11 GMT

Dakar, 27 juil (APS) – Il y a 60 ans, le 28 juillet 1952, disparaissait Bouna Alboury Ndiaye, fils a√ģn√© du Buurba Alboury Ndiaye, auquel il succ√©da, comme dernier souverain, sur le tr√īne du royaume du Jolof, en 1895.

Bouna Alboury fut investi à Yang-Yang (Nord-Ouest de Linguère, région de Louga) roi du Jolof, le 17 décembre 1895, une nomination confirmée par décret du président de la République française en date de janvier 1896.

Né en 1878 à Yang-Yang, le jeune Bouna Alboury a subi les turpitudes du règne paternel, passant des mains des maures à celles des colonisateurs français après la bataille que le père a livrée contre les Français, fin juillet 1890.

Bouna Alboury Ndiaye a laiss√© √† la post√©rit√© l’image d’un grand b√Ętisseur. Avec la moiti√© de son salaire et la participation de la Soci√©t√© de pr√©voyance du Jolof, il a fait construire environ 80 puits (1930). Il a aussi contribu√© √† la construction d’un chemin de fer de 128 Km de 1928 √† 1931 et √† la construction d’un bassin de r√©tention √† Labgar (1931).

En 1946, il refuse d’√™tre le candidat des colons contre Lamine Gu√®ye et L√©opold S√©dar Senghor, estimant qu’il ne faut "pas toujours √©couter ceux qui nous divisent pour pouvoir r√©gner √©ternellement dans le pays".

Imbu de valeurs morales et politiques, Bouna Alboury Ndiaye avait traduit sa conception par une devise qu’il aimait r√©p√©ter √† ceux qui aspiraient √† des postes de direction : "Quiconque profite des deniers d’un pays qui lui est confi√© ne servira jamais ce pays".

Bouna Ndiaye √©tait li√© aux foyers religieux et avait des relations privil√©gi√©es avec le chef coutumier Abdou Salam Kane de Kanel. Bouna a √©t√© √©lev√© au rang de muqaddam (grand disciple) de la Tijaniyya par El-Hadji Malick Sy. Deux de ses enfants portent les noms d’El Hadj Mansour et de Serigne Babacar Ndiaye Bouna.

Le dernier roi du Jolof a en outre octroy√© 200 hectares de terres √† Cheikh Ahmadou Bamba √† Mback√© Bari o√Ļ repose Mame Maharame Mback√©, le grand-p√®re du fondateur du mouridisme. Il donna en mariage √† Serigne Mouhamadou Moustapha Mback√© sa fille a√ģn√©e Seynabou Ndiaye Bouna.

Il a √©t√© d√©l√©gu√© √† l’Exposition universelle de Paris en 1900, d√©l√©gu√© des chefs de province de l’Afrique occidentale fran√ßaise (AOF) √† l’Exposition coloniale de 1906. Cette m√™me ann√©e, il est nomm√© membre du conseil priv√© du gouvernement du S√©n√©gal et fait chevalier de la L√©gion d’honneur.

Bouna Alboury Ndiaye a aussi √©t√© : commandeur de l’Etoile noire du B√©nin, chevalier de l’Ordre du Cambodge, commandeur de la L√©gion d’honneur en 1935, chef de province du Jolof, membre du conseil priv√© du gouvernement du S√©n√©gal de 1906 √† sa mort, grand officier de la L√©gion d’honneur en 1947.

Il est d√©c√©d√© le 28 juillet 1952. La pri√®re mortuaire a √©t√© dirig√©e par El Hadji Mansour Sy Malick, assist√© de ses fr√®res, de Serigne Mountaga Daha Tall et de Serigne Modou Bousso Mback√©, fils a√ģn√© de Serigne Fallou Mback√©. Sa d√©pouille fut ensuite transf√©r√©e par train sp√©cial √† Lingu√®re.

Aujourd’hui, un lyc√©e porte son nom dans cette ville. Il existe aussi une Association des descendants de Bouna Alboury Ndiaye (ADEBAN), qui organise vendredi, √† Lingu√®re, une "journ√©e de pri√®res et d’actions sociales" √† la Grande mosqu√©e de cette ville o√Ļ repose le dernier roi du Jolof, ainsi qu’√† la mosqu√©e de Yang-Yang (ancienne r√©sidence du Bourba et actuel mus√©e d’histoire du Jolof).

L'Association des descendants de Bouna Alboury Ndiaye prépare aussi une commémoration du soixantenaire du décès de Bouna Alboury Ndiaye. Cette manifestation est prévue les 16 et 17 décembre prochain à la Place du Souvenir africain à Dakar.

ADC/BK/DND

 

Quelles solutions ?
Avis
Contributions
Articles