Le site de l'Agence de presse sénégalaise (www.aps.sn) est en tête des 20 portails sénégalais les plus visités, selon un classement effectué en décembre 2010 par le cabinet International Communication (INTERCOM). Cliquez ici pour lire l'article....................................................................................................................................................................Agence de Presse la plus utilisée dans les mediats en Afrique de l'Ouest francophone selon une étude de l'organisation internationale de la francophonie rendue publique en Septembre 2005 à Ouagadougou
PUBLICITE
 
 
 
 

 

SENEGAL-PRESSE-REVUE

Karim Wade Ă  la Une des quotidiens via son audition Ă  la gendarmerie

2012-11-22 08:54:20 GMT

Dakar, 22 nov (APS) – La deuxiĂšme audition de Karim Wade, prĂ©vue ce jeudi, dans le cadre de l’enquĂȘte pour enrichissement illicite, se taille la part du lion dans la livraison du jour de la presse quotidienne.

‘’Karim : jeudi tout ou rien !’’, s’exclame L’Observateur, non sans passer le menu du face-Ă -face entre le fils de l’ancien prĂ©sident Abdoulaye Wade et les enquĂȘteurs de la section de recherche de la gendarmerie de Colobane opĂ©rant pour la Cour de rĂ©pression de l’enrichissement illicite.

‘’Le jet privĂ© (utilisĂ© par Karim Wade), l’hĂ©ritage de ses 3 filles, ses prĂ©tendus prĂȘte-noms, ses prĂ©sumĂ©s biens immobiliers’’ sont des points de ce dossier auxquels les enquĂȘteurs tenteront d’apporter un Ă©clairage, selon le quotidien du Groupe Futurs MĂ©dias.

‘’SoupçonnĂ© d’enrichissement illicite, le fils de l’ex-chef d’Etat devra encore rĂ©pondre sur son supposĂ© Ă©norme patrimoine dans lequel on compterait un jet privĂ© Falcon 50, qui aurait coĂ»tĂ© 12 milliards de francs CFA au contribuable sĂ©nĂ©galais’’, Ă©crit le quotidien du Groupe Futurs MĂ©dias.

‘’Face aux nombreux soupçons qui pĂšsent sur lui, Karim MeĂŻssa Wade trouvera-t-il la panacĂ©e efficace pour ne pas chuter devant les enquĂȘteurs ? LĂ  est l’Ă©nigme’’, note Direct Info, qui titre Ă©galement : ‘’Jeudi de tous les dangers pour Karim Wade’’.

‘’Les Ă©crans du Krim’', renchĂ©rit Le Quotidien via sa manchette dĂ©diĂ©e au mĂȘme sujet. Selon cette publication, les enquĂȘteurs ‘’disposent d’un certain nombre d’Ă©lĂ©ments d’information +assez Ă©difiants+ sur la fortune du fils du prĂ©sident Wade. Les gendarmes de Colobane ont pistĂ© deux immeubles supposĂ©s appartenir Ă  Karim Wade’’.

‘’Et pour la suite du dossier sur l’enrichissement illicite prĂ©sumĂ© de M. Wade, aprĂšs Vieux AĂŻdara, entendu mardi et Abbas Jaber, qui le sera dans les prochains jours, c’est son autre +ami+, Bibo Bourgi, qui intĂ©resse les enquĂȘteurs’’, ajoute Le Quotidien.

‘’Karim Ko ?’’, se demande Rewmi Quotidien. ‘’L’ancien homme fort du rĂ©gime de Wade (a Ă©tĂ©) enfoncĂ© par deux de ses proches collaborateurs’’, Ă©crit ce journal. ‘’Outre le jet privĂ©, les enquĂȘteurs sont sur les traces des comptes de ses trois filles’’, ajoute-t-il.

‘’Ça craint pour Karim et Cie’’, souligne LibĂ©ration, rapportant le cas du fils de l’ancien prĂ©sident Abdoulaye Wade Ă  l’annonce selon laquelle l’Etat sĂ©nĂ©galais a commis des avocats, dont le Français William Bourdon, pour traquer les dignitaires de l’ancien rĂ©gime suspectĂ©s d’enrichissement illicite.

‘’SurnommĂ© +le cauchemar des pilleurs des deniers publics+, Me William Bourdon, le prĂ©sident de Sherpa et avocat de Transparency International, Ă  l’origine du mandat d’arrĂȘt international contre ThĂ©odorin Obiang Nguema, fils et dauphin du dictateur Ă©quato-guinĂ©en, s’est constituĂ© pour l’Etat du SĂ©nĂ©gal’’, rapporte LibĂ©ration.

‘’À ses cĂŽtĂ©s, figure une autre pointure, Ă©toile montante du Barreau parisien : Me Simon Ndiaye. C’est avec eux que Me Moussa FĂ©lix Sow, Ă  Paris depuis mardi dernier, concocte la plainte pour dĂ©tournement de deniers publics et recel contre vingt-cinq anciens dignitaires du rĂ©gime dĂ©chu le 26 mars dernier’’, ajoute le journal.

A l’opposĂ© de ces analyses, Le Pays au quotidien titre, sur le mĂȘme sujet : ‘’En avant la persĂ©cution’’. Le journal Ă©voque notamment les interdictions de sortie de territoire frappant certains dignitaires de l’ancien rĂ©gime et l’enquĂȘte sur les filles de Karim Wade.

‘’Depuis la seconde alternance intervenue le 25 mars 2012, les interdictions de sortie du territoire national sont monnaie courante au SĂ©nĂ©gal. AprĂšs celles qui ont frappĂ©, au mois de juillet dernier, d’anciens dignitaires de l’ex-rĂ©gime, comme Sitor Ndour, voilĂ  que la mesure frappe encore sept autres personnalitĂ©s dans le cadre de la traque des biens mal acquis’’, Ă©crit ce journal.

L’As indexe plutĂŽt l’incapacitĂ© de la Cour de rĂ©pression de l’enrichissement illicite (CREI) Ă  juger les anciens ministres visĂ©s par l’enquĂȘte sur les biens mal acquis. ‘’Des va-et-vient Ă  la SR (Section de recherche de la Gendarmerie) pour rien…’’, affiche ainsi le mĂȘme quotidien.

‘’Ce matin, Ă  10 heures, l’ancien ministre d’Etat fera une nouvelle fois face aux enquĂȘteurs de la Gendarmerie. Une audition pour complĂ©ment d’informations au sujet de son jet privĂ©, de biens immobiliers et mobiliers et de faramineuses sommes d’argent retrouvĂ©es dans des banques europĂ©ennes et asiatiques’’, avance-t-il.

‘’Toutefois, cette audition, ainsi que celles prochaines de MadickĂ© Niang, Abdoulaye BaldĂ©, Oumar Sarr et Samuel Sarr ne mĂšneront Ă  rien, car la CREI na aucune compĂ©tence pour juger d’anciens ministres, Ă©crit, affirmatif, le quotidien L’As.

Cela n’empĂȘche pourtant pas le ministĂšre de la Justice de ‘’bander ses muscles’’, signale Le Populaire, en citant Ă  sa Une des propos du Directeur de cabinet de la garde des Sceaux. ‘’Ceux qui ont abusĂ© des deniers publics rendront compte Ă  tout prix’’, affirme Amadou Baal.

Le Soleil s’intĂ©resse Ă  la visite du chef de l’Etat, Macky Sall, au KoweĂŻt. Le journal annonce que plusieurs accords ont Ă©tĂ© signĂ©s dans le cadre de ce dĂ©placement prĂ©sidentiel, ‘’pour la rĂ©alisation d’infrastructures, telles que le prolongement de la Voie de dĂ©gagement nord (VDN)’’.

Sud Quotidien parle de la massification de l’Alliance pour la RĂ©publique (APR), le parti prĂ©sidentiel. ‘’La posture avant le parti’’, souligne ce quotidien dont la Une est illustrĂ©e par une photo du chef de l’Etat, Macky Sall, les bras levĂ©s, comme s’il s’adressait Ă  une foule.

Selon Sud Quotidien, la Convergence mixte des RĂ©publicains (CMR) ‘’accuse +certains leaders de l’Alliance pour la RĂ©publique (APR) de travailler pour leur compte et non pour la massification du parti+. Elle reproche Ă  ces derniers de ne plus se consacrer au parti, mais Ă  leurs intĂ©rĂȘts propres’’.

‘’Les +ApĂ©ristes+ soutiennent que les alliĂ©s ne feront pas ce travail de massification autour du prĂ©sident Macky Sall, mais il incombe Ă  l’APR. La Convergence mixte des RĂ©publicains Ă©tait en confĂ©rence de presse hier, mercredi 21 novembre, pour se prononcer sur la situation nationale’’, rapporte Sud Quotidien.

BK/AD/DND

 

Quelles solutions ?
Avis
Contributions
Articles