Le site de l'Agence de presse sénégalaise (www.aps.sn) est en tête des 20 portails sénégalais les plus visités, selon un classement effectué en décembre 2010 par le cabinet International Communication (INTERCOM). Cliquez ici pour lire l'article....................................................................................................................................................................Agence de Presse la plus utilisée dans les mediats en Afrique de l'Ouest francophone selon une étude de l'organisation internationale de la francophonie rendue publique en Septembre 2005 à Ouagadougou
PUBLICITE
 
 
 
 

 

SENEGAL-POLITIQUE-NECROLOGIE

La levée du corps de Ousmane Masseck Ndiaye à l'Hôpital Principal

2013-01-09 09:45:00 GMT

Dakar, 9 jan (APS) - L'homme politique sénégalais Ousmane Masseck Ndiaye, décédé mercredi matin à Dakar, sera inhumé dans la journée à Touba (194 Km) après une cérémonie de levée du corps prévue à 11h à la morgue de l'Hôpital Principal de Dakar, a appris l'APS dans l'entourage du défunt.

"Il est décédé à l'âge de 57 ans à Dakar, des suites d'une longue maladie et il sera inhumé aujourd'hui à Touba", ont confirmé ses proches, ajoutant que le défunt est un disciple de l'actuel Khalife général des mourides, Cheikh Sidy Moctar Mbacké à qui il avait fait acte d'allegéance.

D'obédience libérale, Ousmane Masseck Ndiaye fut maire de Saint-Louis (2002-2009), comme feu son père, le docteur Masseck Ndiaye, qui avait assuré l'intérim de Macodou Ndiaye à la mairie de la vieille ville, située à 264 km au Nord de Dakar.

Ancien président du Conseil économique et social du Sénégal, après son départ du gouvernement, M. Ndiaye a été plusieurs fois ministre dans les équipes de l'ancien président Abdoulaye Wade, qui a dirigé le pays du 19 mars 2000 au 25 mars 2012.

Après la défaite du président Wade, Ousmane Masseck Ndiaye était resté fidèle au Parti démocratique sénégalais (PDS), en dépit de sa longue amitié avec l'actuel chef de l'Etat, Macky Sall.

En mai dernier, il avait été cité parmi les responsables de la coalition ''Bokk Gis Gis'' (Même vision, en wolof) qui récusaient les accusations de dissidence portées à leur encontre par leur ancien mentor, Me Wade, Secrétaire général national du PDS.

Les dissidents libéraux qui invoquaient en guise d'explication des frustrations s'étaient démarqués des investitures de leur parti, mi-avril dernier, et avaient mis sur pied cette coalition avant de former une liste commune aux législatives du 1er juillet.

Outre Pape Diop (ancien président du Sénat) et Abdoulaye Baldé (ancien ministre), y figuraient Mamadou Seck (ancien président de l'Assemblée Nationale), Ousmane Masseck Ndiaye, les anciens ministres Moustapha Guirassy, Thierno Lô, Bécaye Diop, Ndèye Khady Diop et Abdou Fall.

"Ousmane Masseck Ndiaye avait quelque peu pris ses distances avec le PDS, non pas par manque de fidélité à Me Wade, mais c'était pour mieux s'occuper de sa santé. Depuis plusieurs mois, il faisait des va-et-vient entre Dakar et Paris", a confié un de ses anciens collaborateurs.

A la campagne pour le scrutin des élections législatives du 1er juillet dernier, M. Ndiaye avait brillé par son absence au moment où les défections faisaient rage au PDS, ouvrant la porte aux conjectures sur son militantisme.

Pour couper court aux supputations et justifier ses absences aux manifestations publiques, les dirigeants de l'ex-formation libérale au pouvoir ne cessaient d'invoquer l'état de santé de leur "frère" de parti, Ousmane Masseck Ndiaye.

Cependant, le 11 novembre dernier, M. Ndiaye avait fait une apparition publique lors d'une conférence de presse tenue à la suite d'une réunion du Comité directeur du PDS, en réaction aux incriminations du Procureur spécial de la Cour de répression de l'enrichissement illicite (CREI).

Devant la presse, M. Ndiaye avait pris part Ă  l'annonce de la riposte des responsables libĂ©raux envisagĂ©e contre les accusations de malversations portĂ©es contre des dirigeants de l’ancien rĂ©gime, suspectĂ©s d'enrichissement illicite par l'actuel Gouvernement.

Ousmane Masseck Ndiaye était connu pour son élégance vestimentaire, mais certains, de loin, lui reprochaient "un soupçon d'estime de soi". Bien que cadre à la Société nationale La Poste, il ne militait pas moins ouvertement aux côtés de l'ex-chef de l'opposition, Abdoulaye Wade.

SAB/DND

 

Quelles solutions ?
Avis
Contributions
Articles